JFHOD

C.107 - Pronostic des infections liées à une voie veineuse centrale (VVC) dans une population de patients en nutrition parentérale à domicile (NPAD)

M. Cohen, C. Hounkonnou, L. Billiauws, E. Lecoq, C. Villain, C. Alvarado, N. Gault, F. Joly

Introduction

La principale complication des voies veineuses centrales (VVC) en NPAD est de cause infectieuse et conduit fréquemment à son retrait. Les protocoles de traitement curatif des infections liées aux VVC sont hétérogènes et peu évalués. L’objectif principal de cette étude est de déterminer la fréquence des infections liées à la VVC en NPAD de longue durée et l’efficacité des protocoles curatifs sur le maintien de la VVC.

Patients et Methodes

Il s’ agit d’une étude prospective observationnelle monocentrique. Tous les patients en NPAD d’une durée > à 3 mois ayant un diagnostic d’infection liée à la voie veineuse centrale étaient inclus et suivis pour une durée de 3 mois. L’infection liée à la VVC était définie par un différentiel de temps de pousse d’hémocultures [sang périphérique]-[sang VVC] ≥ 2h. Le choix et l’attitude thérapeutique de conservation de la VVC étaient établis selon le protocole du service (selon les recommandations de la Société Francophone de Nutrition Clinique et Métabolique) associant des verrous locaux d’antibiotiques et antibiothérapie systémique adaptés aux germes. Les inclusions ont été réalisées de novembre 2018 à novembre 2020. Le critère principal d’évaluation était la conservation de la VVC avec hémocultures sur VVC et périphérique négatives à 3 mois sans complication. Une analyse statistique pour évaluer les facteurs associés à la conservation de la VVC a été réalisée (test de Fischer et Student).

Résultats

Sur une cohorte de 250 patients suivis, 22 patients ont présenté 30 infections liées à la VVC soit 0,24 infections pour 1000j de perfusions avec un cathéter tunellisé (n=14), cathéter à chambre implantable (n=14) ou PicLine (n=2). Seize VVC ont été retirées immédiatement (staphylocoque auréus n=6, candida parapsilosis n=4, klebsielle n=2, colonisation chronique à staphylocoque épidermidis malgré verrou adapté n=4). Sur 14 VVC laissées en place avec réalisation d’un traitement curatif, 11 (80%) étaient maintenues à 3 mois (cathéter à chambre implantable n=7 ; cathéter tunellisé manchonné n=4) avec une stérilisation complète des hémocultures. Les facteurs associés à la conservation de la VVC à 3 mois étaient le germe initial (p=0,03) et l’antibiothérapie systémique (p=0,01). La localisation de la VVC, le nombre de perfusion, le type de VVC, durée de NPAD, apport énergétique par la NPAD, présence de stomie et autonomie pour les soins, ou présence d’un verrou préventif n’étaient pas associés à la conservation ou non de la VVC.

Discussion

Conclusion

En NPAD, la prévalence des infections chez l’adulte est faible (0,24 infections pour 1000 jours cathéter). En suivant, un protocole curatif adapté aux germes et conditions cliniques du patients, la moitié des VVC sont retirées immédiatement essentiellement dues aux caractéristiques bactériologiques. De manière intéressante, 80 % des VVC non retirées immédiatement ont été conservés sans complication avec une stérilisation complète des hémocultures. Ces résultats justifient une attitude conservatrice quel que soit le type de VVC à condition d’avoir des protocoles établis. 

Remerciements

Remerciements : bourse de recherche clinique Baxter délivrée par la SFNCM