JFHOD

P0 - Prothèses oesophagiennes expansives avec ou sans dispositif anti-reflux : résultats d'une étude nationale prospective multicentrique randomisée

Bourreille Arnaud, Le Rhun Marc, Ben Soussan Emmanuel, Coron Emmanuel, Le Sidaner A, Barrioz Thierry, Coumaros Dimitri, Nguyen JM, Vedrenne Bruno, Bichard Philippe, Boustière Christian, Prat Frédéric
Introduction

Les POE améliorent la qualité de vie des patients atteints de cancer oesophagien inopérable. Leur positionnement trans-cardial favorise le reflux trans-prothétique et ses complications. Des dispositifs anti-reflux ont été commercialisés mais leur efficacité reste controversée. Les buts de cette étude prospective randomisée étaient 1) d'évaluer l'apport du DAR par la recherche et la quantification d'un éventuel reflux transprothétique 2) de comparer les POE avec et sans DAR dans les symptômes de reflux, la qualité de vie, le traitement de la dysphagie et les complications éventuelles.

Patients et Méthodes

Trente huit patients (âge 71±12 ans, sex-ratio 5) adressés dans 9 centres Français pour un cancer sténosant non résécable du 1/3 inférieur de l'œsophage ou du cardia (53% adénocarcinome) ont été inclus. Il s'agissait d'un cancer localement avancé (47%) ou généralisé. Après randomisation, les patients avaient soit a) une POE couverte sans DAR (CHOOSTENT®, Life Europe) associée à un traitement par IPP à dose standard et à des règles hygiéno-diététiques (n = 19), soit b) une prothèse identique avec un DAR en forme de S intra-prothétique (DOSTENT®, Life Europe) (n = 19). Le reflux trans-prothétique était évalué à J2 de 0 (absent) à 9 (maximal) par un transit baryté avec manœuvre de Trendelenburg. Des questionnaires téléphoniques mensuels déterminaient : a) le score OMS b) la qualité de vie cotée de 0 (médiocre) à 100 (excellente) d'après le questionnaire Reflux-Qual Simplifié c) la dysphagie de 0 (absente) à 5 (déglutition de salive impossible) et d) les régurgitations de 0 (absentes) à 16 (maximales).

Résultats

Les 2 groupes étaient identiques en terme d'âge, de sexe, de taille de lésion, de longueur de prothèse (12±2,5 cm) et de nécessité de dilatation (30%) lors de la pose. Aucune difficulté de pose ni complication précoce n'était notée. La qualité de vie et la dysphagie étaient nettement améliorées immédiatement après la pose dans les 2 groupes. La médiane de survie était de 180 jours, non différente dans les 2 groupes. Les résultats comparatifs sont indiqués dans le tableau :

 

sans DAR

avec DAR

p

Score radio de reflux

Régurgitations à M1

Indice OMS à M1

Dysphagie à M1

Qualité de vie à M1

Migrations

4,8±3,4

6,5±5,3

1,7±1,4

0,7±0,8

56±21

1

0,06±0,2

1,4±3,7

1,6±1,0

0,6±0,9