JFHOD

CO.67 - Quantification de la stéatose hépatique chez les patients ayant une stéatose, d’origine alcoolique ou non alcoolique. Évaluation de 4 techniques IRM

C. Boudinaud, B. Magnin, B. Buchard, G. Lamblin, L. Muti, L. Boyer, A. Abergel

Introduction

La quantification par IRM de la stéatose hépatique a été largement étudiée chez les patients NAFLD (Non Alcoholic Fatty Liver Disease), mais n’a pas été étudié chez les patients ayant une stéatose d’origine alcoolique. Nous avons évalué la quantification de la stéatose hépatique par 4 méthodes IRM différentes afin de déterminer celle qui était la mieux corrélée à l'histologie, méthode de référence.

Matériels et méthodes

Soixante patients ayant bénéficié d'une biopsie hépatique, quelle qu’en soit la raison, ont été inclus de façon prospective entre Mars 2017 et Mars 2018 (stéatose non alcoolique=16, stéatose alcoolique=17, autre=27).  En fonction du bilan de coagulation, la biopsie était réalisée soit par voie transpariétale soit par voie transjugulaire. Le même jour était effectuée une IRM hépatique avec quatre techniques différentes de quantification de la stéatose (MRImaging 3 échos, 6 échos, 11 échos et MRSpectroscopie). Les données quantitatives histologiques et d'imagerie ont été comparées. En analyses secondaires, ont été étudiés les effets de la consommation d’alcool, de la surcharge hépatique en fer et de la fibrose sur la quantification de la stéatose.

Résultats

Les quatre techniques IRM avaient une excellente corrélation avec la mesure histologique : MRImaging 3 échos (r = 0.852, p < 0.001), MRImaging 6 échos (r = 0.819, p < 0.001),  MRImaging 11 échos (r = 0.818, p < 0.001),  et MRSpectroscopie (r = 0,812, p < 0,001). Concernant les analyses en sous-groupes : la consommation d’alcool, la présence de fer ou de fibrose ne modifiaient pas de façon significative la corrélation entre l’histologie et l’IRM, quelle que soit la technique utilisée. La quantification était très bien corrélée à l’histologie aussi bien chez les patients ayant une NAFLD que chez les patients ayant une stéatose d'origine alcoolique.

Discussion

Conclusion

Pour quantifier la stéatose hépatique, notre étude montre une excellente corrélation des 4 techniques IRM utilisées avec le standard histologique, chez les patients ayant aussi bien une stéatose alcoolique que non alcoolique. Par sa simplicité et sa courte durée, la séquence MRImaging 3 échos peut être utilisée en pratique quotidienne pour quantifier la stéatose quelle qu’en soit la cause.

Remerciements