JFHOD

P.129 - Réduction de la diversité du microbiote fécal chez des souris soumises à une inversion du rythme circadien dans le cadre d'une colite DSS-induite

J. Amara, T. Itani, Y. Saliba, D. Karam-Sarkis, N. Fares

Introduction

Le microbiote intestinal joue un rôle majeur dans la physiologie digestive. La dysbiose, altération qualitative et quantitative de la flore intestinale, est impliquée dans le développement des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). De plus, le dérèglement du rythme circadien semble être associé à des formes plus sévères de MICI

L'objectif de cette étude est d’évaluer les modifications du microbiote fécal de souris C57BL/6 ayant une colite chimique induite (DSS, Dextran Sodium Sulfate) soumise à une inversion du rythme circadien

Patients et Methodes

Un séquençage à haut-débit du gène codant par l’ARN ribosomal 16S du microbiote des échantillons de selle récupérés de 60 souris C57BL/6 a été effectué dans le but d’évaluer la diversité bactérienne et leur identification taxonomique. De plus, une analyse bio-informatique a également été faite mesurant la alpha et la bêta-diversité des communautés bactériennes. Les souris ont été divisées en 4 groupes : contrôle sans inversion du rythme circadien (Sham-NS), contrôle avec inversion du rythme (Sham-S), colite DSS-induite sans inversion (DSS-NS) et colite DSS-induite et inversion du rythme circadien (DSS-S)

Résultats

Il n'a pas été retrouvé de différence significative concernant la composition du microbiote fécal au niveau du phylum entre les 4 groupes. Cependant, une différence significative a été retrouvée au niveau du genre bactérien avec plus de Lactobacillus et de Streptococcus chez les groupes avec inversion du rythme circadien, associée à une moindre colonisation par Lachnospiraceae NK4A136. Les souris avec colite étaient plus colonisées par Ruminococcus, Turicibacter et Alloprevotella et moins colonisées par le Lactobacillus.  (Figures 1 et 2)

  

 

 

 

 

 

 

 

De même, il est à noter que le nombre d'espèces bactériennes est significativement plus élevé chez les souris avec rythme circadien normal et sans colite contrairement aux 2 autres groupes où la diversité et la richesse en espèces bactériennes est moindre. (Figure 3)

 

 

 

 

 

 

 

L'analyse de la bêta diversité montre une séparation par 4 nuages de points distincts des échantillons collectés avec et sans inversion du rythme circadien (Axe P2) et avec et sans colite-DSS induite (Axe P1) (Figure 4)

Discussion

Conclusion

L'inversion du rythme circadien et le développement d'une colite chimique sont tous deux associés à une modification de la composition du microbiote fécal avec une diminution significative de la diversité bactériennes. Cette diminution de la diversité est associée à plusieurs conditions pathologiques dont les MICI. Ces résultats permettent d’envisager la possibilité d’une modulation du microbiote intestinal en vue de diminuer la sévérité des colites inflammatoires chez les patients ayant une inversion du rythme circadien.

Remerciements