JFHOD

P.233 - Reflux gastro-œsophagien typique en population générale dans une ville de l’Afrique subsaharienne : aspects cliniques et retentissement sur la qualité de vie

C.N.M. Sokpon, A.R. Kpossou, K.R. Vignon, A. Gnahoui, C. Azandjeme, J. Sehonou

Introduction

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est un problème de santé publique au plan mondial, de par sa fréquence et les conséquences socio-économiques qu’il entraine. Le but de ce travail était d’étudier les aspects cliniques, et l’impact sur la qualité de vie des sujets qui en souffrent.

Patients et Methodes

Il s’agissait d’une étude transversale descriptive et analytique, à recueil prospectif qui s’était déroulée sur une période de 1 mois (en juin 2018). Etaient incluse, 728 personnes, âgées de 15 ans ou plus, et ayant donné son consentement pour l’étude. N’étaient pas inclus les sujets âgés de moins de 15 ans, en hospitalisation durant la période d’inclusion, et ceux incapables de parler ou souffrant d’un handicap mental. Les quartiers de villes ont été sélectionnés par la technique de sondage en grappe à deux degrés de façon aléatoire. La variable dépendante était le reflux gastro-œsophagien typique défini par l’une des 3 associations suivantes (pyrosis-régurgitation, pyrosis-syndrome postural ou régurgitation–syndrome postural). L’analyse était effectuée avec les logiciels statistiques SPSS 25 ou SAS 9.2. Le seuil de signification statistique admis était de 5%. 

Résultats

Sur les 728 personnes, 255 avaient présenté un RGO typique soit une prévalence de 35%. L’âge moyen des sujets était de 31,9 ± 13,2 ans, avec des extrêmes de 15 ans et 88 ans.  Il avait une prédominance masculine (379, soit 52,1%), avec une sex-ratio de 1,08. Les manifestations atypiques digestives étaient dominées par : les épigastralgies (21,4%), les éructations (14%) et le hoquet (12,9%). Les symptômes extra-digestifs étaient dominés par les caries dentaires à répétition (15%), la gingivite (11,40%) et les précordialgies (10,30%). Des signes d’alarme étaient retrouvés à type de notion d’amaigrissement récent (12,9%), de dysphagie (8,6%), d’odynophagie (8,3%) et d’hémorragie digestive (4,6%). Le retentissement était notable (gênant ou très gênant) sur la qualité de vie dans 21,4% et sur la qualité du sommeil dans 12,2% des cas.

En analyse univariée, les symptômes atypiques digestive comme : les épigastralgies, le hoquet et l’éructation étaient statiquement associés au RGO (p<0,0001). Concernant les signes d’alarmes, seule la dysphagie était associée au RGO (p=0,014). Egalement la majorité des manifestations atypiques extra-digestives était associée au RGO (p<0,001).

Discussion

Conclusion

Le RGO était fréquent dans notre série, il altère la qualité de vie chez 21,4% des sujets concernés. Il serait associé aux symptômes digestifs atypiques, comme extra-digestifs et à la dysphagie.

Remerciements