JFHOD

P.329 - Résultats du traitement de l’hépatite C chez l’hémodialysé et le greffé rénal par les AAD génériques

N. Afredj, O. Drir, H. Mahiou, I. Ouled Cheikh, N. Guessab, R. Kerbouche, M. Nakmouche, N. Debzi

Introduction

L’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) chez les patients en insuffisance rénale chronique (IRC), hémodialysés (HD) et greffés du rein (GR) est habituellement traitée par des antiviraux à action directe (AAD) non métabolisés par le rein. Le sofosbuvir n’est pas recommandé chez les patients HD vu l’absence de données suffisantes concernant son innocuité dans cette population. Chez nous, tous les patients VHC sont traités par les combinaisons sofosbuvir (SOF)- Ledipasvir (LDV) (formulation associée) ou SOF-DCV (daclatasvir) (formulation dissociée), médicaments fabriqués localement. L’objectif de ce travail est de rapporter les résultats et la tolérance de ces associations à base de SOF fabriqués localement chez l’HD et le GR.

Patients et Methodes

Ont été inclus dans l’étude tous les patients HD/TR atteints d’HVC, naïfs ou en échec de bithérapie PR, quel que soit le génotype du VHC. L’évaluation pré-thérapeutique de la fibrose hépatique était basée sur le Fibroscan ® ± biopsie trans-jugulaire.  Après un bilan pré-thérapeutique habituel incluant un examen cardio-vasculaire, un ECG avec calcul du QTc, une échographie cardiaque et une recherche systématique des intéractions médicamenteuses (https://www.hep-druginteractions.org/) les patients HD ont été traités par SOF-LDV (400/90mg) 1 cp 3x/sem, sans RBV, ou SOF 400 - DCV 60, 1cp de chaque 3x/sem. La durée du traitement était de 12 semaines / 24 semaines si G1a prétraité ou cirrhotique décompensé. Les GR, avec clairance créatinine > 30 ml/mn, ont été traités par SOF-LDV / SOF-DCV plein régime. Le suivi en consultation était hebdomadaire le premier mois puis mensuel.

Résultats

Patients HD : N= 30, âge moyen: 44 ans [22-76], sex-ratio: 16 H/14 F  (1,14), étiologie IRC connue dans 77% : HTA / Diabète: 57% (N=17), PKR    6,6% (N=2), Lupus   6,6% (N=2), malformation UV   6,6% (N=2). Les comorbidités étaient: VHB (N=1), dysthyroïdie (N=4), épilepsie (N=1). Génotype 1 (N=22, 74%), G2 (N=1), G3 (N=3), G4 (N=4). La répartition de la fibrose était comme suit : F (0-1) 46% (N=14), F (1-2) 37% (N=11), F4 17% (N=5). Les patients étaient naïfs 67% (N=20), en échec PR 30% (N=9), re-contamination VHC 3% (N=1). Taux de RVS 96%, décès (N=1) à S24 de traitement d’une complication de dialyse. Concernant la tolérance: céphalées 23% (N=7), asthénie (N=4), élévation ALAT  4N (N=1), prurit (N=1), diarrhée (N=1), infection de fistule (N=1). Pas d’arrêt de traitement pour intolérance.  

Patients GR: N= 9. Génotype 4 (N=2), Génotype 1 (N=7). Fibrose F4 (N=4 ; 44%). Le taux de RVS 89% (N=8), décès à S16 de traitement (N=1), suite à une arthrite septique, puis sepsis sévère.  

Discussion

Conclusion

Tout patient HD/GR atteint d'hépatite virale C doit être traité. Les résultats des AAD génériques sont excellents avec des RVS avoisinant les 100%. La tolérance, avec des protocoles contenant SOF est acceptable (effets secondaires mineurs), les décès enregistrés n’étaient pas liés à la maladie hépatique. Cependant, la prise en charge de ces patients reste difficile, nécessitant une prise en charge hospitalière, avec des équipes multidisciplinaires

Remerciements