JFHOD

P0 - Résultats et impact thérapeutique de l'examen par vidéo-capsule endoscopique dans les saignements digestifs inexpliqués

Vahedi Kouroche, Dray Xavier
Objectif

l’objectif de l’étude était d’évaluer la rentabilité diagnostique et l’impact thérapeutique de l’examen par vidéo-capsule endoscopique (VCE) dans l’exploration des saignements digestifs inexpliqués (SDI).

Patients et Méthodes

de 3/2003 à 9/2005, 83 malades (41M/42F), d’âge médian 50 (14-78) ans, ayant un SDI ont été inclus. L’endoscopie digestive haute et basse, et l’examen radiologique de l’intestin grêle (transit du grêle ou entéroscanner) étaient normaux. Cinquante-sept patients avaient une hémorragie extériorisée (HE) et 26 une anémie ferriprive occulte (AO). La capsule PillCamR (Given Imaging, Yoqneam, Israël) était ingérée après 12 heures de jeûne. La durée de l’enregistrement était de 8 heures. La durée médiane de suivi après la VCE était de 10 (3-30) mois.

Résultats

L’ensemble de l’intestin grêle a pu être visualisé chez 80/83 (96%) patients (2 cas de rétention gastrique prolongée et un cas de rétention grêlique au niveau d’une sténose jéjunale méconnue). Des lésions considérées comme potentiellement hémorragiques ont été retrouvées chez 38/83 (46%) malades, dont 27/57 (47%) en cas d’HE et 11/26 (42%) en cas d’AO. Les lésions rencontrées étaient : anomalies vasculaires grêliques de type angiodysplasie ou angiome (N = 11) ; ulcérations grêliques, attribuées à une maladie de Crohn (N = 10), une prise d’AINS (N = 2), une maladie de Behçet (N = 1), d’origine traumatique (N = 1), ou au niveau d’une anastomose jéjunale après by-pass gastrique (N = 1) ; tumeurs du jéjunum (N = 2, dont un adénocarcinome et une tumeur stromale) ou du caecum (N = 3, adénocarcinome) ; ulcère gastro-duodénal (N = 5) ; lésions en rapport avec une hypertension portale (N = 2, ectasies vasculaires antrales et gastropathie en mosaïque hémorragique). Après exclusions des lésions gastro-duodénales et coliques, la rentabilité diagnostique de la VCE pour la détection de lésions purement grêliques était de 28/83 (34%). L’impact thérapeutique découlant directement des résultats de la VCE était de 30/83 (36%), dont 21/57 (37%) en cas d’HE et 9/26 (34%) en cas d’AO, et comprenait un traitement médical (N = 17), endoscopique (N = 7), ou chirurgical (N = 6), avec une rémission clinique et biologique obtenue chez 26/30 (87%) malades pendant le suivi. Chez les 45 malades ayant un examen par VCE normal, 32/45 (71%) restaient sans diagnostic (44% en rémission), et chez 13/45 (29%) un diagnostic a été finalement retenu (6 saignements hémorroïdaires, 6 causes gynécologiques, 1 cause urologique) (77% de rémission).

Conclusion

L’examen par VCE a une rentabilité diagnostique globale de 46% en cas de SDI avec un impact thérapeutique chez 36% des malades. Les performances de la VCE semblent similaires en cas d’hémorragie digestive extériorisée et d’anémie ferriprive.