JFHOD

P0 - Résultats à long terme de l'évidemment de la tête du pancréas (technique de Frey) avec anastomose wirsungo-jéjunale dans le traitement de la pancréatite chronique

Chamlou Reza, Paye F, Balladur Pierre, Parc R, Tiret E
Introduction

L’intervention de Frey, combinant l’évidemment de la tête du pancréas et une anastomose wirsungo-jéjunale est proposée pour traiter les formes douloureuses de pancréatite chronique calcifiante obstructive (PCC) résistantes aux traitements médicaux et endoscopiques. Cette étude rétrospective monocentrique rapporte les résultats à long terme de cette intervention peu répandue en France, sur la douleur post-opératoire et la qualité de vie.

Patients et Méthodes

Dix-neuf patients (16 hommes /3 femmes) d’âge médian de 42 ans ont été opérés entre 1996 et 2004, après un délai médian depuis la survenue des premiers symptômes de PCC de 48 mois. L’indication chirurgicale était la persistance de douleurs pancréatiques résistantes au traitement médical ou endoscopique chez 16 patients et la survenue de complications de la PCC chez trois patients. Une dérivation biliaire par hépatico-jéjunostomie était associée en cas de dilatation des voies biliaires. Le suivi médian était de 47 mois. Une étude de la qualité de vie post-opératoire a été réalisée par le questionnaire QLQ-C30 de l’EORTC.

Résultats

Le diamètre moyen du canal de Wirsung mesuré à l’isthme pancréatique était de 11,1 ± 3,6 mm. La désobstruction canalaire céphalique était complète chez 16 patients (84%). Neuf patients (47%) ont eu une hépatico-jéjunostomie associée. Aucun patient n’est décédé. Quatre patients ont développé une complication post-opératoire. La douleur a complètement disparu chez 13 malades (76%). Les trois patients ayant eu une désobstruction canalaire céphalique incomplète présentaient tous des douleurs résiduelles. La poursuite d’une consommation alcoolique n’était pas corrélée à la douleur résiduelle. Quatre patients (21%) présentaient une stéatorrhée clinique pré-opératoire contre 10 en post-opératoire (58%). Seize % des patients avaient un diabète insulino-dépendant en pré-opératoire contre 41% à la date de point. La fréquence et la sévérité du diabète étaient essentiellement corréllés à la durée de la maladie. Un cancer pancréatique non réséquable a été diagnostiqué pendant le suivi. La qualité de vie était comparable sur l’ensemble de la série aux données de la littérature (1).

Conclusion

L’intervention de Frey, peu morbide, est efficace à long terme sur la douleur, chez 3 patients sur quatre. Une désobstruction céphalique complète est nécessaire pour une efficacité optimale. La qualité de vie obtenue par cette intervention devrait être comparée à celle fournie par les procédés endoscopiques.