JFHOD

C.016 - Rôle des déterminants sociaux dans le risque de décès et de sévérité du Covid-19 chez les patients ayant une tumeur solide : résultats de la cohorte nationale GCO-002 CACOVID-19

A. Lièvre, A. Turpin, V. Sebbagh, O. Boussari, C. Delpierre, S. Lamy, J. Thariat, G. Ahle, C. Neuzillet, X. Paoletti, O. Bouché, K. Aldabbagh, P. Michel, C. Mascaux, A.C. Métivier, L. Moreau, L. Laurent, M. Mabro, R. Colle, C. Delbado, J.P. Wagner, J. Bourhis, P. Gorphe, Y. Pointreau, A. Idbaih, R. Ursu, A.L. Di-Stefano, G. Zalcman, T. Aparicio

Introduction

Des travaux indiquent, depuis l’apparition de l’épidémie de Covid-19, que les catégories sociales moins favorisées seraient plus à risque de développer des formes graves de par leurs antécédents médicaux, conditions de logements et difficultés d'accès aux soins. La cohorte CACOVID-19 a la singularité en France d’avoir un de ses objectifs dédiés à l’étude du lien entre la position socioéconomique (pse) et l’épidémie chez les patients suivis pour cancer. Ce travail s’intéresse donc à l’impact de la pse dans la survenue d'une infection à SARS-CoV-2, sa gravité et la mortalité induite chez les patients (pts) cancéreux.

Patients et Methodes

Cette cohorte rétro-prospective nationale promue par les Groupes Coopérateurs en Oncologie a inclus des pts atteints de tumeurs solides et diagnostiqués entre le 1/3/2020 et le 30/9/2020 pour COVID-19 dans 153 centres. Ici seules les données des pts de moins de 70 ans sont analysées. Le rôle des caractéristiques sociodémographiques (csd) telles que l’âge, le statut marital (SM), la catégorie socio-professionnelle (CSP), l’Indice Ecologique de Déprivation, la distance domicile – centre de prise en charge (DDC) sur les types de prise en charge nécessités par l’infection par SARS-CoV-2 (hospitalisation, recours à l’oxygénothérapie, admission en USI et/ou ventilation mécanique) a été étudié à l’aide de régressions logistiques multivariées. Le rôle de ces csd sur la survie à 3 mois des pts a été modélisé à l’aide de modèles de Cox.

Résultats

Parmi les 848 pts de moins de 70 ans enregistrés du 4/4/2020 au 30/9/2020, 809 répondaient aux critères d’inclusion et ont été analysés. La moitié avait 60 ans et plus et 10% avait moins de 45 ans. Les employés étaient la CSP la plus représentée (22%) après les retraités 29% ; 66% des pts vivaient en couple et 60% provenaient des 2 quintiles EDI les plus défavorisés tandis que la DDC médiane était de 11km (IQR=4-26km).

Près de trois pts sur cinq (424/726) ont été hospitalisés. La probabilité d’être hospitalisé était associée à la CSP (p=0.01) mais aussi à la DDC, l’âge et le SM. Elle était 2 à 3 fois moins élevée chez les cadres que chez les autres CSP excepté les professions intermédiaires ; 1,5 fois plus élevé chez les 60 ans et plus que dans les autres classes d’âges, 25% plus élevé chez les pts en couple que chez les autres et était moins élevée chez les pts qui habitaient loin (DDC>26km) d’un pec que chez ceux plus proches.

 L‘oxygénothérapie concernait deux pts sur cinq (263/627) et était indépendamment associée à l’âge (p<0.01), le SM (p=0.01) et la DDC (p=0.07). La probabilité d’y avoir recours chez les 60 ans et plus était 6 fois plus importante que chez les moins de 45 ans et presque 2 fois que chez les 45-59 ans ; elle était plus élevée de 40% chez les pts vivant en couple que chez les autres et concernait nettement moins les pts habitant loin (DDC>26km) d’un pec que ceux proches ou moins loin.

Un peu moins de 10% (68/726) des patients sont passés en réanimation ou ont été ventilés mécaniquement. L’âge était le seul facteur indépendamment associé à ce risque. Les 60 ans et plus étaient presque 4 fois plus à risque que les moins de 45 ans et 1,5 fois que les 45-59 ans.

Parmi les 242 décès (30%) enregistrés dans les 3 mois suivants le diagnostic de la COVID-19, le quart étaient survenus dans les 6 premiers jours et le quart au-delà d’un mois. Seul l’âge était indépendamment associé à ce risque de décès (p<0.01) ; les moins de 45 ans étant 3 fois moins à risque que les 60 ans et plus qui ont un risque semblable à celui des 45-59 ans.

Discussion

Conclusion

Les classes moins favorisées sont plus à risque d’être infectées par le SARS CoV 2 dans cette cohorte.

En ce qui concerne la sévérité de la COVID-19 et le décès, le rôle des csd est moins évident : si elles semblent discriminantes dans le risque d’être hospitalisé ou encore d’avoir recours à une oxygénothérapie, elles semblent sans effet sur le risque de passer en réanimation, d’être ventilé mécaniquement et de décéder dans les 3 mois suivant le diagnostic de la COVID-19. L’efficacité des services de soins pourrait donc limiter les inégalités par une prise en charge de même qualité une fois les pts hospitalisés.

Remerciements