JFHOD

P457 - Sarcoïdose digestive : 25 observations

Ghrenassia Etienne, Mékinian Arsène, Chapelon-Albric Catherine, Cosnes Jacques, Seve Pascal, Lefevre Guillaume, Dhote Robin, Launay David, Prendki Virginie, Morell-Dubois Sandrine, Soussan Michael, Sadoun Danielle, Mehdaoui Anas, Benamouzig Robert, Valeyre Dominique, Fain Olivier

Introduction



La sarcoïdose est une granulomatose multisystémique dont l'atteinte prédominante est médiastino-pulmonaire, présente dans 95% cas. Les manifestations extra-thoraciques sont plus rares, notamment les atteinte du tubes digestif qui demeurent à ce jour mal caractérisées. Les atteintes gastriques sont les plus fréquemment décrites, mais tous les segments du tube digestif peuvent être touchés. Peu de données existent quand à l'évolution de ces patients et à leurs modalités de traitement.
L'objectif de cette étude est de déterminer les caractéristiques et l'évolution des atteintes du tube digestif au cours de la sarcoïdose.

Patients et Méthodes


Etude rétrospective multicentrique française.
Critères d'inclusion :
- sarcoïdose prouvée avec présence de granulomes extradigestifs
- présence de granulomes sur une biopsie digestive
Critères d'exclusion : autre granulomatose.

Résultats


Vingt-cinq patients ont été inclus (âge médian 39 ans (19-81) ; 17 (68%) femmes). Le diagnostic de sarcoïdose digestive était concomitant à l'atteinte extradigestive dans 52% des cas, précédait les autres manifestations dans 36% et survenait de façon postérieure dans 9% des cas. Lors du diagnostic de l'atteinte digestive, les manifestations cliniques étaient : un amaigrissement (n = 14 ; 56%), avec un BMI<18 pour 16% ; des douleurs abdominales (48%), des nausées/vomissements (44%), des diarrhées (24%), des rectorragies (24%). En endoscopie, des anomalies macroscopiques étaient présentes au niveau œsophagien (9%), gastrique (90%), duodénal (9%), iléale (0), colique (19%), rectale (9%), avec des atteintes touchant plusieurs segments dans 80% cas. Les manifestations extradigestives étaient : une atteinte pulmonaire (n = 23), des adénopathies (n = 15), une atteinte hépatique (n = 11), cutanée (n = 8), articulaire (n = 7), splénique (n = 6), neurologique (n = 5), cardiaque (n = 4), rénale (n = 3) et une parotidomégalie (n = 4). Une anémie était présente dans 48% cas, une élévation de l'ECA dans 57% cas et une hypergammaglobulinémie dans 39% cas. Les anomalies du bilan hépatique étaient présentes dans 38% cas.
Le traitement des patients comportait des corticoïdes (n = 15), un immunosuppresseur associé (n = 8) et un IPP (n = 18). Un traitement endoscopique était réalisé chez 8% cas. Après un suivi médian de 56 mois (3-262), une atteinte digestive persistante était notée dans 24% cas, avec une atteinte extradigestive persistante associée dans 40% cas (pulmonaire 20%, cardiaque 12%, hépatique 8%, ganglionnaire 4%, musculaire 4%, ORL 4%, cutanée 4% et splénique 4% cas). La corticothérapie était poursuivie chez 68% cas, avec une dose médiane de 10 mg de prednisone /j (5-40 mg), en association avec un immunosuppresseur dans 16% des cas.

Conclusion


Dans la sarcoïdose, les atteintes digestives surviennent plus fréquemment dans un contexte d'atteinte multisystémique. Elles peuvent toucher tous les segments du tube digestif, même si l'atteinte gastrique reste prépondérante.

Références