JFHOD

CO.16 - Sensibilité au lactose et malabsorption du lactose chez les patients souffrant de troubles fonctionnels intestinaux

M. Bouchoucha, P. Rompteaux, R. Kamel, N. Steuer, J.J. Raynaud, J.M. Sabaté, R. Benamouzig

Introduction

En France, 30 à 50 % des adultes ont une digestion incomplète du lactose. L’importance des symptômes est fonction de l’activité lactasique résiduelle et de la quantité de lactose ingérée. Ces symptômes apparaissant le plus souvent en période postprandiale, 30 minutes à 2 heures après l'ingestion de la nourriture contenant du lactose. Ils ne sont pas spécifiques qu'ils soient intestinaux: gaz, ballonnement, crampes abdominales, diarrhée, nausées, vomissements, ou généraux. Ils sont fréquemment confondus avec un syndrome de l'intestin irritable, pouvant retarder la mise en œuvre d'un régime adapté.

Le but de cette étude est d'évaluer la fréquence de la malabsorption du lactose et la fréquence de la sensibilité au lactose chez des patients souffrant de troubles fonctionnels intestinaux, avec symptômes majorés ou révélés par l'ingestion de lactose.

Patients et Methodes

Nous avons inclus 142 patients consécutifs (104 femmes, 73%) présentant des troubles fonctionnels intestinaux. Chez tous les patients, la recherche d'une pullulation microbienne par breath test au glucose était négative. Ces patients ont rempli un questionnaire de Rome III. Le test d'absorption du lactose mesure la glycémie à jeun et 15, 30, 45 et 60 minutes après ingestion de 50 g de lactose. Une malabsorption était diagnostiquée si le pic de glycémie était inférieur à 0.20 g/l. Une sensibilité au lactose était enregistrée si des signes digestifs apparaissaient durant le test.

Résultats

Une sensibilité au lactose sans malabsorption était présente chez 58 patients (groupe I, 41%), une malabsorption sans sensibilité au lactose était retrouvée chez 14 patients (groupe II, 10%) et 23 patients (groupe III, 16%) présentaient à la fois une malabsorption du lactose et une sensibilité au lactose. 47 patients (Groupe IV, 33%) ne présentaient ni malabsorption ni sensibilité au lactose

Par comparaison avec les patients du groupe IV, les patients du groupe I étaient plus jeunes (38.8±1.5 vs 44.4±2.7 ; P=0.039) et se plaignaient d'une plus grande fréquence de douleurs thoraciques (29% vs 26%; P=0.042).

Les autres paramètres démographiques, la fréquence des autres symptômes (œsophagiens, gastroduodénaux, intestinaux et anorectaux selon Rome III)  étaient comparables dans les 4 groupes de patients.

Discussion

Conclusion

L'étude conjointe de l'absorption du lactose et de la sensibilité au lactose est utile pour éliminer la pathogénie liée à ce sucre chez des patients souffrant de troubles fonctionnels intestinaux et justifier l'instauration d'un régime sans lactose.

Chez les patients symptomatiques après ingestion de lactose, nous proposons de distinguer les patients souffrant de malabsorption du lactose par diminution de l'activité de la lactase intestinale des patients souffrant d'une sensibilité au lactose caractérisée par l'apparition de symptômes sans diminution de l'absorption du lactose.

Remerciements