JFHOD

CO.129 - STREAGER : étude de phase III, multicentrique, en ouvert évaluant l’efficacité et la sécurité de l’association elbasvir/grazoprevir pendant 8 semaines chez des patients VHC, génotype 1b, naïfs avec une fibrose nulle à modérée

A. Abergel, C. Hézode, T. Asselah, D. Larrey, J. Gournay, V. Loustaud-Ratti, V. Di Martino, I. Fouchard Hubert, S. Pol, F. Bailly, D. Samuel, A. Tran, B. Chanteranne, M. Dodel, F. Faure, B. Pereira, G. Lamblin, C. Campos, L. Muti, M. Reymond, C. Teilhet, B. Buchard

Introduction

Le génotype 1b est le sous-type le plus répandu au niveau mondial à la fois parmi l’ensemble des génotypes de l’hépatite C mais aussi parmi les patients porteurs du génotype 1. Il est le génotype le plus fréquent en Europe, en Amérique latine, en Russie, en Turquie et dans l’Est de l’Asie.

La réduction de la durée du traitement de l’hépatite C pourrait améliorer l’observance et réduire les effets secondaires liés à la prise de ce traitement. Le but de cette étude est d’évaluer l'efficacité et la sécurité de l’association à dose fixe de l’inhibiteur de protéase grazoprévir 100mg (GZR) et de l’inhibiteur de NS5A elbasvir 50mg (EBR) pendant 8 semaines chez des patients atteints d’une hépatite chronique C, naïfs de tout traitement, génotype 1b (GT1b), avec une fibrose nulle à modérée, 12 semaines après la fin du traitement.

Patients et Methodes

117 patients naïfs de traitement, sans fibrose sévère (Fibroscan® <9,5 kPa et Fibrotest® <0,59), infectés par le VHC GT1b ont été inclus par 14 centres français dans l’étude. Les patients ont été inclus en utilisant les résultats des génotypes réalisés dans chaque centre. Un nouveau génotypage par séquençage au cours de l'étude a permis d'identifier 5 patients présentant un génotype non-1b (2 GT1a, 1 GT1h, 1 GT1e et 1 GT1l). Ainsi nous incluons dans l’analyse finale les 112 patients GT1b. L’objectif principal est d’évaluer le taux de réponse virologique soutenue à 12 semaines après la fin du traitement (RVS12).

Résultats

L’âge moyen était de 54 ± 13 ans, 31% étaient des hommes, la charge virale était supérieure à 800 000 UI/ml pour 63% des patients (70/112), 46% avaient des ALAT supérieures à la normale (51/112). 69 patients étaient classés F0-F1 par le Fibrotest® (FT<0.32) et 100  par le Fibroscan® (FS) (FS <7,1 kPa). Un FIB-4 inférieur à 1.45 et un score d’APRI inférieur à 1 ont été retrouvés respectivement chez 66% (74/112) et 96% (107/112) des patients. A la fin des 8 semaines de traitement, 95% des patients avaient une charge virale inférieure à la limite de quantification (106/112). Douze semaines après l’arrêt du traitement, 97% (109/112) des patients avaient un ARN du VHC indétectable et 3 patients présentaient une rechute virologique (Tableau 1). Aucun événement indésirable de grade III ou IV relié au traitement n'a été observé. Les données des analyses 24 semaines après l’arrêt du traitement seront disponibles lors des Journées Francophones d'Hépato-gastroentérologie et d’Oncologie Digestive 2019.

Discussion

Conclusion

L’association grazoprévir et elbasvir pendant 8 semaines permet d’obtenir une RVS12 de 97% (109/112) chez les patients porteurs d’une hépatite chronique C due au génotype 1b, naïfs de traitement, ayant une fibrose nulle à modérée.

Remerciements