JFHOD

P.182 - Thérapie par le vide par éponge endoluminale : traitement des perforations et fuites digestives hautes. Quelles sont les meilleures indications ?

C. Bastid, J.L. Frossard, M. Drepper, S. Mönig, P. Bichard

Introduction

Les perforations (spontanées ou iatrogènes) et les fuites par lâchage anastomotique au niveau du tractus gastrointestinal sont des urgences médico-chirurgicales responsables d’une morbi-mortalité élevée. La thérapie par le vide par éponge endoluminale (TVE) est une option thérapeutique dont l’efficacité est maintenant établie pour leur prise en charge. Nous rapportons l’expérience de notre centre.

Patients et Methodes

Dans cette étude monocentrique observationnelle conduite de novembre 2016 à mai 2019, nous avons inclus tous les patients présentant une perforation du tractus digestif haut confirmée par scanner, après décision collégiale médico-chirurgicale. La technique consistait à placer endoscopiquement une éponge en polyuréthane soit dans la lumière de la cavité perforée soit en endoluminal pour les perforations de diamètre inférieur à 1 cm, au contact de l’orifice de perforation. L’éponge était fixée à un drain externalisé par voie nasale en aspiration continue pour obtenir un collapsus de la cavité nécrotique afin de favoriser la détersion et la granulation cicatricielle. L’éponge était changée endoscopiquement tous les 3 à 4 jours. Le critère de jugement principal était défini par la fermeture complète de la perforation (succès clinique). Les critères de jugement secondaires étaient le succès technique (mise en place endoscopique de l’éponge), le nombre de changements d’éponge, la morbi-mortalité à 3 mois, et la durée d’hospitalisation.

Résultats

Dix patients étaient inclus (3 femmes, 7 hommes), d’âge moyen de 55,2 ans (22-75 ans). La perforation était secondaire à un syndrome de Boerhaave (n=4), une chirurgie bariatrique (n=2), une chirurgie anti-reflux (n=1), un ulcère duodénal perforé (n=1), un abcès cervical avec fistule chronique (n=1), une chirurgie oncologique majeure (n=1). Le succès technique était de 100%. Le succès clinique était de 60% : la fermeture de l’orifice de perforation était obtenue chez 6 patients après un traitement d’une durée moyenne de 12,6 jours (11- 44 jours). Dans les perforations œsophagiennes et les lâchages anastomotiques oeso-gastriques, le succès clinique était de 87,5 %. L’éponge était changée en moyenne 4,5 fois (2-10 fois). Un traitement chirurgical était nécessaire chez 4 patients en raison d’une évolution défavorable : 3 d’entre eux présentaient un choc septique avant la fermeture de l’orifice, le traitement était considéré comme inefficace chez le quatrième patient après 3 changements d’éponge. Aucune complication sévère et aucun décès n’étaient rapportés à 3 mois. La durée moyenne d’hospitalisation était de 69,8 jours (22-245 jours).

Discussion

Conclusion

La thérapie par le vide par éponge endoluminale apparaît comme une technique endoscopique sûre pour la prise en charge des perforations et des lâchages anastomotiques du tractus digestif haut. Elle était efficace chez 2/3 de nos patients. La TVE doit être discutée dans les extensions d’indication comme une fistule chronique ou une perforation d’ulcère duodénal. Elle doit être proposée comme le traitement endoscopique de première intention dans les perforations ou lâchages anastomotiques œsogastriques.

Remerciements