JFHOD

P.477 - Thrombose vasculaire au cours de la maladie cœliaque : prévalence et caractéristiques

D. Tagzout, A. Tebaibia, N. Oumnia, N. Benfenatki

Introduction

La maladie cœliaque (MC) est une entéropathie auto-immune secondaire à l’ingestion du gluten chez des sujets génétiquement prédisposés, pouvant affecter plusieurs organes. Les événements thromboemboliques tels que les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la thrombose veineuse font partie des manifestations extra-intestinales. Les objectifs de notre travail sont de déterminer la prévalence de la thrombose au cours de la MC et de décrire les caractéristiques et les modalités de survenue de la thrombose au cours de la MC.

Patients et Methodes

Étude multicentrique prospective déroulée entre Janvier 2013 et Juin 2015 ayant inclus 154 patients (42 H, 112 F) adultes (âge≥16 ans)  présentant une MC répondant aux critères diagnostiques  de l’ESPGHAN (European Society for PediatricGastroenterology, Hepatology, and Nutrition)  2012.L’âge  moyen est de 36,1 ± 13,6 ans (Âges extrêmes : 16 -83 ans). Les cas de thrombose associés à la MC ont été étudiés.

Résultats

La prévalence de la thrombose vasculaire dans la population cœliaque est de 8% (n=13). Elle survient plus fréquemment chez la femme (85%) (11 F - 2 H). Il s’agit de 6 cas de cavernome porte dont un associé à une thrombose des membres inférieurs, 4 cas  d’AVC etde 3 cas de thrombose des membres inférieurs.Le diagnostic de thrombose a révélé celui de la MC chez 8 patients (62%) avec un délai moyen de 11,6 mois et des délais extrêmes de 1 à 43 mois. Il s’agit de 4 cas de cavernome porte dont un associé à une thrombose profonde des membres inférieurs, 3 cas d’AVC,  et d’un cas de thrombose profonde des membres inférieurs.Le diagnostic de MC est fait en moyenne 72 mois après celui de thrombose chez 4 patients (31%). Dans un cas, la thrombose a compliqué 39 ans après  une MC de l’enfance non traitée diagnostiquée à l’âge de 5ans sous aucun régime. Le bilan de thrombophilie pratiqué chez les 13 patients, est négatif chez 11 d’entre eux (85%) et a révélé un déficit en protéine S associé à une MC dans un cas et un déficit en antithrombine III dans un autre cas. La prise de contraceptifs oraux et dans tous les cas un œstro-progestatif micro-dosé, a été retrouvée chez 7 femmes (64% des femmes concernées par la thrombose).

Discussion

Conclusion

Le diagnostic de maladie cœliaque  doit être évoqué devant une maladie thrombotique sans cause évidente. Des facteurs de thrombophilie peuvent être présents au cours de la maladie cœliaque et doivent être recherchés systématiquement. La maladie cœliaque est le plus souvent le seul facteur de risque de thrombose retrouvé devant l’association maladie cœliaque, thrombose.

Remerciements