JFHOD

P354 - Thromboses et anomalies de la coagulation chez les patients avec entéropathie exsudative

Lhote Camille, Stefanescu Carmen, Kapel Nathalie, Boudaoud Larbi, de Raucourt Emmanuelle, Treton Xavier, Billiauws Lore, Bouhnik Yoram, Joly Francisca, Corcos Olivier

Introduction

L'entéropathie exsudative (EE) est un syndrome clinique et biologique secondaire à une perte excessive de protéines plasmatiques par le tube digestif. Elle peut être la conséquence d'anomalies lymphatiques, d'une hyperpression interstitielle ou d'une altération de la barrière épithéliale intestinale. Elle associe un syndrome œdémateux et une hypo-protéinémie et peut compliquer une grande variété de pathologies digestives ou extra-digestives. De rares publications en appui de notre expérience suggèrent la possibilité d'une augmentation du risque de thromboses. Les objectifs de cette étude étaient de déterminer dans une population de patients avec EE la prévalence des thromboses artérielles ou veineuses symptomatiques, de décrire les anomalies de la coagulation au sein de cette population et de rechercher des associations éventuelles entre des facteurs clinico-biologiques et les évènements thrombotiques.

Patients et méthodes

Dans une étude rétrospective transversale observationnelle, les patients suivis de janvier 2008 à février 2016 pour EE, définie par une clairance fécale de l'alpha-1-antitrypsine > 30 ml/jour, ont été inclus. Le recueil de données s'est intéressé aux caractéristiques des EE, et des thromboses le cas échéant. Nous avons recherché les facteurs de risque de thromboses et nous avons réalisé de manière prospective des bilans de thrombose qui étaient réalisés uniquement chez les patients n'étant pas sous traitement anticoagulant afin de ne pas erroner les résultats. Les critères de jugement principal et secondaire étaient respectivement la survenue de thrombose artérielle ou veineuse symptomatique et la présence d'anomalies biologiques de la coagulation. Les deux groupes de patients avec et sans thrombose ont été comparés et les facteurs associés à la présence de thromboses étaient recherchés en analyses univariées à l'aide de tests de Fisher pour les variables qualitatives, et de tests de Wilcoxon pour les variables quantitatives.

Résultats

Sur 209 patients ayant un dosage de la clairance fécale de l'alpha-1-antitrypsine entre janvier 2008 à février 2016, 67 patients avec EE ont été inclus. L'EE était de mécanisme intestinal ou lymphatique dans 70% et 30%, respectivement. 26 (38,8%) patients de la cohorte ont eu au moins un évènement thrombotique, de localisation veineuse (n=89%) et/ou artérielle (23%). Les thromboses étaient significativement plus souvent associées aux causes intestinales que lymphatiques (86,36% versus 13,64%, p=0,029, OR IC95% = 0,247 [0,052-0,874]). Au sein de la population globale d'EE, les déficits en protéine C, protéine S et antithrombine III concernaient respectivement 11%, 11% à 19% des patients. Une augmentation de l'homocystéinémie, du facteur VIII ou des D-dimères était notée chez 43,5%, 57% et 32% de la population d'EE, respectivement. Parmi les 27 patients ayant eu un bilan de thrombose en l'absence de traitement anticoagulant, la protéine C et l'antithrombine III étaient plus basses dans le groupe « thrombose » que dans le groupe « sans thrombose » (90 [58-99] versus 100,5[87,75-121] p=0,032, et 87[81-104] versus 105[92,25-117,8] p=0,041 respectivement). 81,82% des patients ayant thrombosé étaient porteurs d'un cathéter veineux central (p=0,022, OR IC95% = 3,886[1,202-15,272]). Un patient a thrombosé sous traitement anticoagulant préventif et un patient a récidivé une thrombose sous anticoagulation curative. Ces deux patients étaient porteurs d'un cathéter.

Conclusion

L'entéropathie exsudative est associée à des prévalences élevées de thromboses et d'anomalies de la coagulation. L'origine intestinale de l'EE, des taux plus bas d'antithrombine III et de protéine C, plus élevés de facteur VIII et de D Dimères ou la présence d'un cathéter veineux central, pourraient constituer des facteurs favorisant voire aggravant de thrombose chez ces malades. La place d'une prophylaxie thromboembolique n'est actuellement pas établie mais doit être discutée en cas d'anomalies de la coagulation, de cathéter veineux central et/ou de traitement chirurgical.