SNFGE SNFGE
 
Thématique :
- MICI
Originalité :
Intermédiaire
Solidité :
Très solide
Doit faire évoluer notre pratique :
Immédiatement
 
 
Nom du veilleur :
Docteur Patrick FAURE
Coup de coeur :
 
 
Gut
  2017/06  
 
  2017 Jun;66(6):1049-1059.  
  doi: 10.1136/gutjnl-2016-312735.  
 
  Tofacitinib for induction and maintenance therapy of Crohn's disease: results of two phase IIb randomized placebo-controlled trials.  
 
  Panés J, Sandborn WJ, Schreiber S, Sands BE, Vermeire S, D'Haens G, Panaccione R, Higgins PDR, Colombel JF, Feagan BG, Chan G, Moscariello M, Wang W, Niezychowski W, Marren A, Healey P, Maller E  
  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28209624  
 
 

Abstract

OBJECTIVE:

Tofacitinib is an oral, small-molecule Janus kinase inhibitor that is being investigated for IBD. We evaluated the efficacy and safety of tofacitinib for induction and maintenance treatment in patients with moderate-to-severe Crohn's disease (CD).

DESIGN:

We conducted two randomised, double-blind, placebo-controlled, multicentre phase IIb studies. Adult patients with moderate-to-severe CD were randomised to receive induction treatment with placebo, tofacitinib 5 or 10 mg twice daily for 8 weeks. Those achieving clinical response-100 or remission were re-randomised to maintenance treatment with placebo, tofacitinib 5 or 10 mg twice daily for 26 weeks. Primary endpoints were clinical remission at the end of the induction study, and clinical response-100 or remission at the end of the maintenance study.

RESULTS:

180/280 patients randomised in the induction study were enrolled in the maintenance study. At week 8 of induction, the proportion of patients with clinical remission was 43.5% and 43.0% with 5 and 10 mg twice daily, respectively, compared with 36.7% in the placebo group (p=0.325 and 0.392 for 5 and 10 mg twice daily vs placebo). At week 26 of maintenance, the proportion of patients with clinical response-100 or remission was 55.8% with tofacitinib 10 mg twice daily compared with 39.5% with tofacitinib 5 mg twice daily and 38.1% with placebo (p=0.130 for 10 mg twice daily vs placebo). Compared with placebo, the change in C-reactive protein from baseline was statistically significant (p<0.0001) with 10 mg twice daily after both induction and maintenance treatments.

CONCLUSIONS:

Primary efficacy endpoints were not significantly different from placebo, although there was evidence of a minor treatment effect. No new safety signals were observed for tofacitinib.

TRIAL REGISTRATION NUMBERS:

NCT01393626 and NCT01393899.

 

 
Question posée
 
Quelle est l’efficacité et la sécurité du tofacinitib en traitement d’induction et de maintient dans la maladie de Crohn modérée à sévère chez des patients en échec des traitements conventionnels (IS) ; Etude randomisées de phase IIb ?
 
Question posée
 
À la semaine 8 du traitement d’induction, la proportion de patients en rémission clinique était de 43,5% et 43,0% avec 5 et 10 mg deux fois par jour de tofacinitib, respectivement, contre 36,7% dans le groupe placebo (p = 0,325 et 0,392 pour 5 et 10 mg deux fois par jour vs placebo). Cette tendance n’est pas significative. Après 26 semaines de traitement d'entretien, une réponse clinique ou une rémission ont été observées chez une proportion plus élevée de patients recevant 10 mg de tofacinitib deux fois par jour par rapport au placebo, avec une différence qui n'est pas statistiquement significative. Un effet thérapeutique mineur a été démontré avec le tofacitinib pour des critères cliniques secondaires et des biomarqueurs. Concernant la sécurité d’utilisation, aucun nouveau signal n'a été observé pour le tofacitinib.
 
Commentaires

Malgré des résultats non significatifs, l'amélioration des mesures de l'activité de la maladie, observée dans cette étude soutient le développement de nouvelles études sur l'efficacité et la sécurité des  inhibiteurs de Janus Kinase (anti-JAK) pour la maladie de Crohn. D’autres anti-JAK semblent montré leur efficacité et les voies de la signalisation cellulaire restent parfois difficiles à appréhender in vivo.

Ces résultats signent cependant l’arrêt du développement de cette molécule dans la maladie de Crohn pour l’instant. 

 
www.snfge.org