JFHOD

P.417 - Tolérance et efficacité du régorafénib administré chez des patients ayant un cancer colorectal métastatique (CCRM) : résultats de l’analyse finale de l’étude prospective observationnelle CORRELATE

M. Ducreux, S. Kim, D. Genet, L.M. Dourthe, C. Ligeza, D. Tougeron, P. Laplaige, L. Miglianico, N. Bonichon-Lamichhane, M. Jary, H. Perrier, F. Brocard, V. Bourgeois, P. Artru, R. Guimbaud, J.P. Metges

Introduction

Il a été montré dans deux études randomisées de phase III (CORRECT, CONCUR) que le régorafénib augmentait significativement la survie globale des patients ayant un CCRM, par rapport au placebo. La posologie recommandée dans le cadre de l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM)  est de 160 mg une fois par jour pendant 3 semaines, suivies d’une semaine de pause.  CORRELATE (NCT02042144) avait pour objectifs de décrire la tolérance et l’efficacité du régorafénib administré dans la pratique quotidienne à des patients ayant un CCRM. Sont présentés ici les résultats de l’analyse finale des données de cette étude.

Patients et Methodes

Cette étude prospective, observationnelle a été réalisée dans 13 pays en Europe, Amérique Latine et en Asie, et concernait des patients ayant un CCRM, qui avaient préalablement reçu les traitements standards et auxquels le régorafénib qui devait être administré dans le cadre de son AMM, avait été proposé par leur cancérologue référent, avant toute décision d’inclusion.  Des interruptions de traitement et/ou des diminutions de la posologie pouvaient s’avérer nécessaires en fonction de la tolérance individuelle. Le critère principal d’évaluation concernait l’incidence de survenue des effets indésirables (EI) sous traitement (NCI-CTCAE v4.03). Les critères secondaires incluaient la survie globale (SG), la survie sans progression (SSP) et le taux de contrôle de la maladie (TCM).

Résultats

1037 patients (hommes/femmes : 61%/39%) ont reçu  le traitement. L’âge médian à l’inclusion était de 65 ans (extrêmes : 24-93). La plupart des patients avaient un indice de performance ECOG de 0-1 (87%) ;  6% avaient un indice de 2-4. 56% des patients avaient une tumeur mutée KRAS , alors que 37% avaient une tumeur exprimant le gène KRAS de type sauvage. Les localisations métastatiques les plus fréquentes étaient hépatiques (72%) et pulmonaires (57%). La durée médiane de traitement a été de 2,5 mois (extrêmes : 0,03-29,5). La dose initiale administrée de régorafénib a été de 160 mg chez 57% des patients, 120 mg chez 30% et de 80 mg chez 12%. Une diminution de la posologie a été nécessaire chez 40% des patients ; une interruption du traitement a été observée chez 48%, et, pour 35% des patients, aucune modification de la posologie n’a été nécessaire.

Des EI de tous grades ont été observés sous traitement chez 95% des patients ; 80% des patients ont eu au moins un EI relié au traitement. 62% des patients ont eu au moins un EI sous traitement de grade ≥3, et pour 36% des patients, il a été considéré comme relié au traitement. Les EI sous traitement de grade ≥3, les plus fréquents ont été la fatigue (10%), l’hypertension (8%) et le syndrome main-pied (SMP) (7%). Les incidences des EI reliés ont été de 9% (fatigue), 7% (SMP) et 6% (hypertension). Des EI sous traitement de grade 5 ont été observés chez 17% des patients et ont été considérés comme étant reliés au traitement chez 1% des patients.

La durée médiane de  a été de 7,6 mois (intervalle de confiance à 95% [IC95%] : 7,1 – 8,2) et la SSP médiane de 2,8 mois (IC95% : 2,6 – 2,8). Le TCM a été de 21% (évaluation radiologique) avec une réponse partielle comme meilleure réponse, dans 3,1% des cas.

Discussion

Conclusion

Dans cette étude observationnelle, de ‘vraie vie’, la nature des EI a été en général, cohérente avec le profil connu de tolérance du régorafénib dans le CCRM, même si les incidences rapportées pour certains EI ont été inférieures à celles observées dans les essais cliniques interventionnels. La dose initiale a été inférieure à 160 mg/jour chez près de la moitié des patients. Les durées médianes de SG et de SSP étaient similaires à celles des études de phase III réalisées dans cette indication.

Remerciements

Remerciements à l'ensemble des patients et des investigateurs de l'étude CORRELATE