JFHOD

CO.24 - Traitement du syndrome de l'intestin irritable par neurostimulation vagale trans-auriculaire : résultats préliminaires d'une étude pilote

F. Mion, A. Garros, S. Pellissier, H. Damon, S. Roman, B. Bonaz

Introduction

Le syndrome de l'intestin irritable (SII) est une pathologie fréquente, chronique et invalidante avec un retentissement souvent très négatif sur la qualité de vie des patients. La douleur abdominale est toujours présente, associée à des troubles du transit. Les traitements disponibles (antispasmodiques ou antidépresseurs) sont souvent décevants. Une hypotonie vagale est souvent observée au cours du SII (1). La stimulation électrique non invasive trans-auriculaire du nerf vague, développée pour le traitement de certaines formes d’épilepsie ou de dépression, pourrait donc être applicable avec succès dans le SII (2).

Matériels et méthodes

Nous avons proposé à des femmes entre 18 et 70 ans, présentant un SII selon les critères de Rome 3, avec un score de sévérité du SII (score de Francis) supérieur à 150 (3), de participer à l'étude consistant à une neurostimulation vagale trans-cutanée  (au niveau de la conque de l'oreille gauche) à raison de 3 heures par jour, 5 jours sur 7, pendant 6 mois, en utilisant le système Urostim 2 (Schwa Medico, Rouffach, France). L'évaluation portait à 3 mois et 6 mois sur l’acceptation du traitement (déclaratif), l'intensité des symptômes de SII (score de Francis et échelle de 0 à 20 UCLA-SSS), une diminution de plus de 30% du score étant considérée comme une réponse au traitement. L'étude comprenait également la mesure du temps de transit digestif par la capsule Smartpill (Medtronic, Boulogne-Billancourt)  avant stimulation et à 6 mois, des questionnaires d'évaluation psychologique avant stimulation et à 3 et 6 mois, et une mesure de l'inflammation systémique et intestinale mesurée parle taux sérique de cytokines et  le taux de calprotectine fécale. Les résultats entre les 3 périodes étaient comparés par test ANOVA.

Résultats

Six patientes d'âge moyen 47 ans (extrêmes : 28-70 ans, 3 SII-diarrhée, et 3 SII-constipation) ont accepté de participer et ont terminé l'étude à ce stade. Les patientes étaient globalement satisfaites avec l’utilisation du système, même si l’adhésion au traitement n’était pas mesurable de façon objective. On notait une différence à la limite de la significativité à 3 mois pour le score de Francis (-103 (SD:43), p=0,0572) et pour l'UCLA-SSS (-7 (SD:3), p= 0,047), mais qui n’était pas retrouvée  à 6 mois (-78 (SD:51), p=0.187, et -2 (SD:2), p=0,44), respectivement). Une diminution de 30% du score de Francis était observée chez 3 patientes à 3 mois, et 2 patientes à 6 mois. Quatre patientes sur 6 s'estimaient améliorées (dont 3 SII-constipation) à 3 mois, et 3 à 6 mois. Sur le plan de l'inflammation digestive, il n'y avait pas de modification significative de la calprotectine fécale à 3 et 6 mois. Concernant la motricité digestive, les résultats de la capsule Smartpill avant la stimulation et à 6 mois étaient similaires pour les temps de transit gastrique et de l'intestin grêle (174(44) min vs 157 (16), et 264(76) min vs 335(117), respectivement, p>0.3). Pour le temps de transit colique (TTC), on notait une diminution franche du TTC à 6 mois pour 4 patientes (-33 heures (SD:17)), avec une donnée manquante pour une autre patiente et un allongement de 44 heures pour une patiente SII-constipation non améliorée à 6 mois.

Discussion

Conclusion

Ces résultats préliminaires indiquent un possible effet bénéfique à 3 mois de la neurostimulation vagale trans-auriculaire sur la sévérité des symptômes du SII. Si l’impact de la neuromodulation sur la motricité digestive se confirme (stimulation de la motricité colique), ce traitement pourrait être plus intéressant à évaluer chez les sujets souffrant de SII-constipation.

Remerciements

Cette étude pilote a été financée par le programme FARE de la SNFGE et la fondation APICIL