JFHOD

P.184 - Traitement endoscopique des larges ruptures de l’oesophage

M. Robert, G. David, M. Schafer, N. Demartines, M. Marx, S. Godat

Introduction

La rupture de l’œsophage est une affection potentiellement létale. Les endoprothèses métalliques auto-expansibles (SEMS) sont utilisées pour traiter une grande variété d'affections oesophagiennes. Cependant, les larges ruptures demeurent un défi thérapeutique. L'utilisation de SEMS peut s'avérer insuffisante dans certains cas et nécessiter d'autres procédures endoscopiques comme la mise en place d’une oesosponge. L'objectif de cette étude est d'évaluer l'efficacité de ces procédures endoscopiques.

Patients et Methodes

Nous avons réalisé une étude rétrospective dans un centre universitaire tertiaire portant sur des patients ayant eu un traitement endoscopique (SEMS et oesosponge) pour une large rupture oesophagienne, entre janvier 2016 et décembre 2018. Ces ruptures étaient définies comme une perte de substance de plus de 1 cm. Tous les patients ont été inclus sans restriction.

Résultats

21 patients (85,7 % d'hommes, âge moyen de 69 ans) ont été inclus. 3 patients (14,3 %) avait une rupture non liée à une chirurgie, 18(85,7 %) avaient une fuite anastomotique après chirurgie oesophagienne, pour une indication oncologique chez 16 patients (76,2 %). Concernant les fuites post-opératoires, la première endoprothèse a été mise en place après une durée médiane de 11 jours après l'intervention. Nous avons utilisé des SEMS entièrement couverts chez 6 patients et des SEMS double-type Taewoong® chez 15 patients. Chez tous les patients, une médiane de 3 endoscopies avec endoprothèse était nécessaire jusqu'à guérison de la fuite oesophagienne. Nous avons utilisé l’oesosponge pour 3 patients avec une médiane de 7 séances endoscopiques avec un intervalle de 3 ou 4 jours entre celles-ci. La cicatrisation complète de la rupture de l'œsophage a été atteinte chez 19/21 patients (90,4 %), y compris les patients qui ont bénéficié d'une oesosponge. En raison d'une évolution clinique défavorable, 2 patients sont morts avant la fin du traitement endoscopique. Le traitement a été complété avec succès après une médiane de 63 jours, sans récidive après une médiane de 127 jours de suivi.

Discussion

Conclusion

Le traitement endoscopique des larges ruptures œsophagiennes est efficace. Le SEMS est le traitement endoscopique de première ligne. L'oesosponge semble être une option efficace pour les ruptures réfractaires au seul traitement par SEMS.

Remerciements