JFHOD

P.247 - Transmission du VHC dans l'Est algérien : y a-t-il des spécificités apportées par le mode de vie oriental ?

M.A. Haouam, M. Boumendjel, T. Hammada

Introduction

En Algérie la lutte contre l'hépatite virale C (HVC) est à son apogé, avec la généralisation du traitement, cependant la véritable lutte contre le (VHC) se fait par la prévention,

Nous voulons par ce travail attirer l'attention sur les moyens de transmission les plus souvent rencontrés dans notre pays, ainsi que la necessité d'un dépistage précoce.

Patients et Methodes

Notre lecture a concerné 140 patients traités pendant l'année 2017

Un interrogatoire policier a été réalisé, une fiche de renseignements a été utilisée avec l'énumération de 11 comportements à risque avec la possibilité d'une réponse libre.

Les patients ont aussi bénéficié d'une évaluation de l'atteinte hépatique par les moyens non invasifs (Fibroscan, Fibrotest).

Résultats

140 patients ont été inclus dans l'étude avec une moyenne d'age de 55 ans et un sex ratio de 0.7.

La fibrose était modérée à sévère dans 63% des cas témoignant d'une évolution ancienne.

La durée moyenne du diagnostic (premiere sérologie ) était de 3,5 ans avec un maximum de 13 ans

 

Les facteurs de risques suspectés étaient répartis comme suit :

  • Soins dentaires douteux 94%
  • Intervention chirurgicale 54%
  • Scarification "hijama" 29%
  • Transfusion de sang ou dérivés avant 1992 14%
  • Accouchement 9%
  • Tatouage 8%
  • Exposition professionnelle 8%
  • Mésothérapie 3%
  • Injection par materiel souillé 2%
  • Aucune utilisation de Drogue par voie IV / nasale

Chez73% des patients plus de deux facteur de risque étaient retrouvés.

 

Discussion

Le delai de prise en charge est bien trop grand, à trois ans et demi de séropositivité le risque de contaminer l'entourage est trés important.

Ce même delai rends l'évolution de la maladie importante avec la morbimortalité qui en résulte et la difficulté de prise en charge.

Les soins dentaires sont les plus incriminés notamment dans les régions enclavées ou le contrôle sanitaire reste difficile à effectuer. 

Conclusion

Le mode vie et les coutumes Algeriennes orientales impactent sur le mode de transmission du VHC, en effet contrairement à la litérature ce n'est pas la consommation de drogue qui est la première en cause mais la vetusté du système de santé à un moment donné.

Une attention particuliere doit être donnée aux scarifications avec saignées dite "Hijama"; une forme de medecine paralèlle très répondue en orient et dans les pays musulmans.

Le delais de prise en charge des patient porteur d'(HVC) doit etre raccourci étant lui meme un facteur de propagation. 

Il est néaumoins trés difficile d'affirmer ou d'infirmer  de façon formelle un mode de contamination, en espérant que d'autres études plus importantes puissent mettre les choses au clair.

Remerciements