JFHOD

CO75 - Transplantation de microbiote fécal dans le syndrome de l’intestin irritable avec ballonnement : résultats d’une étude pilote

Holvoet Tom, Boelens Jerina, Laurent Stéphanie, Joosens Marie, Raes Jeroen, de Vos Martine, de Looze Danny

Introduction

La dysbiose intestinale peut jouer un rôle important dans la physiopathologie du syndrôme de l'intestin irritable (SII), en particulier chez les patients ayant une diarrhée et ballonnement [1,2]. La transplantation de microbiote fécale (TMF) est le traitement de préférence dans le cadre d'une infection à Clostridium difficile récidivante (3). Corriger la dysbiose par la TMF dans le SII peut être une piste thérapeutique attractive. Dans cette étude pilote, nous avons investigué les effets d'une TMF sur les symptômes du SII.

Patients et Méthodes

Des patients souffrant d'un SII avec ballonnement prédominant ont été inclus. La sélection des patients se faisait par questionnaires adaptés pour sélectionner les patients avec SII-diarrhée et ballonnement (“ bloating ” ). Les donneurs pour la TMF étaient testés comme dans les protocoles pour le Clostridium (hépatite, VIH, syphilis, coproculture… ). Après un lavage colique, les patients étaient transplantés avec des selles fraîches (<6 heures de delai entre la production et la transplantation) dans le côlon droit par voie endoscopique (4). Le suivi des patients consistait en un questionnaire à 4 et 12 semaines. Le succès du traitement était défini comme “ amélioration importante des symptômes du SII en général et du ballonnement en particulier ” 12 semaines après la TMF. Les objectifs secondaires étaient : un changement des scores sur les symptômes de SII et la qualité de vie. Les selles ont été collectées avant la TMF et à différents moments après la transplantation pour étude du microbiote intestinal.

Résultats

Entre novembre 2013 et avril 2014 douze patients avec un SII ont reçu une TMF sans apparition de complications importantes. Respectivement 4 et 12 semaines après la TMF 67% et 75% des patients rapportaient une amélioration significative des symptômes du SII en général et du ballonnement en particulier. Après 4 semaines il y avait une réduction significative de l'inconfort abdominal (réduction moyenne de 35%, p = 0,007), de l'urgence défécatoire (-29,5%, p = 0.038), de la douleur abdominale (-31%, p = 0.012), du ballonnement (-32%, p = 0.007) et de la flatulence (-28%, p = 0.017). Résultats à 12 semaines : inconfort abdominal (-20%, p = 0.037), douleur abdominale (-35%, p = 0.008), ballonnement (-25%, p = 0.011) et flatulence (-32%, p = 0.005). De plus, pendant la durée de l'étude on notait une amélioration de la qualité de vie, indiquée par une réduction significative des scores du questionnaire spécifique (réduction moyenne de 16.3 points, p = 0.011).

Conclusion

Le transplantation fécale avec des selles normales peut être un traitement efficace pour les patients souffrant d'un SII réfractaire, avec prédominance de diarrhée et ballonnement. Selon ces résultats préliminaires, une étude randomisée controlée est mandatoire.

Références

1. Dupont HL. Review article : evidence for the role of gut microbiota in irritable bowel syndrome and its potential influence on therapeutic targets. Aliment Pharmocol Ther 2014 ; 39 : 1033-42
2. Kassinen A, Krogius-Kurikka L, Mäkivuokko H, et al. The fecal microbiota of irritable bowel syndrome patients differs significantly from that of healthy subjects. Gastroenterology. 2007 ; 133 : 24-33.
3. Van Nood E, Vrieze A, Nieuwdorp M et al. Duodenal infusion of donor feces for recurrent Clostridium difficile. New Eng J Med 2013 ; 368 : 407-415
4. Borody TJ, Parasmothy S, Agrawal G. Fecal microbiota transplantation : indications, methods, evidence and future directions Curr Gastroenterol Rep 2013 ; 15 : 337.