JFHOD

CO.089 - Transplantation hépatique pour cirrhose métabolique : cohorte francophone de 361 patients

F. Villeret, S. Dharancy, D. Erard-Poinsot, A. Abergel, L. Barbier, C. Besch, O. Boillot, K. Boudjema, A. Coilly, F. Conti, C. Corpechot, C. Duvoux, F. Faitot, S. Faure, C. Francoz-Caudron, E. Giostra, J. Gugenheim, J. Hardwigsen, M.N. Hilleret, J.B. Hiriart, P. Houssel-Debry, N. Kamar, G. Lassailly, M. Latournerie, G.P. Pageaux, D. Samuel, C. Vanlemmens, F. Saliba, J. Dumortier

Introduction

La stéatopathie métabolique est la maladie hépatique la plus fréquente dans le monde. La transplantation hépatique (TH) peut-être le traitement d’une cirrhose décompensée et/ou compliquée d’un carcinome hépatocellulaire (CHC). Peu de données sur les résultats à long terme sont disponibles, en particulier en Europe où cette indication représente un nombre rapidement croissant de malades. L’objectif de cette étude était de définir la part de la TH pour cirrhose métabolique en France, d’évaluer le risque de récidive de la maladie initiale sur le greffon, d’évaluer la survie globale et du greffon.

Patients et Methodes

Cette étude multicentrique rétrospective a inclus les patients adultes transplantés pour cirrhose métabolique « pure » entre 2000 et 2019 dans les centres francophones participants. La récidive de la maladie initiale a été évaluée sur biopsies hépatiques.

Résultats

Au total, 361 patients (dont 69,8% d’hommes) ont été inclus dans 19 centres. L’âge médian à la TH était de 62,3 ans (IQR 57,4–65,9). Le score de MELD médian était de 13,9 (9,1–21,3) ; 149 patients ont été transplantés pour CHC en 1ère indication mais 51,8% des patients avaient un CHC sur l’explant. Entre 2004 et 2018, il existait une augmentation de 720% du nombre de patients transplantés pour cirrhose métabolique. A la TH, l’IMC médian était de 30,9 kg/m2 (26,8–34,1) avec 57% d’obèses et l’IMC maximal avant TH de 35,2 kg/m2 (21,2-39,1) ; 77,3% des malades avaient un diabète de type 2, 83,4% une HTA, 56,8% un syndrome métabolique et 27% une maladie rénale chronique (MRC) de stade ≥ 3. Un quart des patients avait un antécédent cardio-vasculaire avant TH.

Le suivi médian après TH était de 39,1 mois (15,8-72,3) et 150 patients ont eu au moins une biopsie hépatique pendant le suivi. La récidive de la stéatose était de 62% à 1 an et 80% à 5 ans : le seul facteur de risque retrouvé était l’IMC ≥ 31kg/m2 avant TH (OR : 2,0 ; p=0,035). La récidive de la stéatohépatite était de 8% à 1 an et 59% à 5 ans. Les facteurs de risque de récidive de stéatohépatite étaient l’IMC ≥ 31kg/m2 à la TH (OR : 3,6 ; p=0,039), le taux de HDLc < 0,45g/L après TH (OR : 5,5 ; p=0,001) et l’âge à la TH < 62 ans (OR : 2,9 ; p=0,050). L’incidence de la fibrose avancée (F3-F4) était de 44% à 5 ans et aucun facteur prédictif significatif de fibrose significative ou avancé n’était retrouvé. L’incidence de la MRC stade ≥ 3 était de 48,8%, 81,4% et 90,6%, respectivement à 1 an, 5 ans et 10 ans Les facteurs de risques retrouvés étaient le sexe féminin (OR : 1,5 ; p=0,009), l’âge à la TH ≥ 60 ans (OR : 1,5 ; p= 0,009) et la créatinémie avant TH ≥ 84µmol/L (OR 1,9 ; p=0,001).

La survie des patients à 1 an, 5 ans et 10 ans après TH était respectivement de 89,3%, 79,8% et 68,1%. Pendant les 30 jours après TH, 9 décès sont survenus dont 4 d’origine cardio-vasculaire (44%). La mortalité à 90 jours après TH était de 5,8%. Les décès survenant dans la 1e année après TH étaient d’origine infectieuse (59,5%) et cardiovasculaire (18,9%). Les décès survenant après 12 mois de la TH étaient secondaires à une récidive de CHC (34,3%), d’origine cardiovasculaire (25,7%) ou secondaire à un cancer de novo (20,0%). Les facteurs de risques de décès retrouvés en analyse multivariée étaient : âge du receveur ≥ 62 ans (OR : 2,3 ; p=0,012), un antécédent de bypass coronarien ou angioplastie avant TH (OR : 2,7 ; p=0,043), l’âge du donneur ≥ 60 ans (2,2 ; p=0,023), la survenue d’un événement CV précoce (OR : 2,4 ; p=0,025), la récidive d’un CHC (OR : 2,4 ; p=0,026) et la dialyse immédiate après TH (OR : 4,4 ; p=0,0001). Le seul facteur de risque retrouvé pour les décès avant 12 mois était l’âge du donneur ≥ 60 ans (OR : 3,0 ; p=0,035). L’IMC avant TH n’impactait pas la survie après TH. Finalement, 18 re-TH ont été réalisées, aucun pour récidive de la maladie initiale.

Discussion

Conclusion

La survie après TH pour cirrhose métabolique est de 80% à 5 ans. La récidive de la stéatose et de la stéatohépatite sur le greffon est rapide et très fréquente, et les complications extra-hépatiques associées au syndrome métabolique sont fréquentes. 

Remerciements

Remerciements à l’ensemble des centres de TH participants à l’étude.

Financemens : Bourse AOR 2018 de l’Agence de la Biomédecine (ABM).