JFHOD

CO.61 - Troubles mnésiques dans l’obésité et rôle du microbiote intestinal : étude MEMOB

S. Cambos, R. Enaud, L. Delhaes, D. Cota, B. Gatta-Chérifi

Introduction

L’obésité est un facteur de risque de troubles cognitifs, indépendamment des comorbidités tels que l’hypertension artérielle ou le diabète de type 2. L’impact de l’obésité sur les fonctions mnésiques, est moins étudié. Parmi les mécanismes impliqués, le microbiote intestinal pourrait jouer un rôle. L’objectif de l’étude est de caractériser les dysfonctions mnésiques chez des patients obèses, et de les corréler à certains profils de microbiote intestinal.

Matériels et méthodes

L’étude MEMOB est un essai prospectif longitudinal monocentrique. Des sujets obèses et des sujets normopondéraux ont été inclus. Tous les sujets ont participé à une série de tests mnésiques, standardisés (test de fluence verbale, test d’apprentissage auditivo-verbal de Rey Taylor (AVLT) consistant en un rappel successif d’une liste de 15 mots, mémoire spatiale, mémoire des symboles), associés à des outils innovants testant spécifiquement la flexibilité de la mémoire hippocampique (test du labyrinthe radial virtuel). Des scores d’anxiété, de qualité de vie et de dépression venaient compléter les tests. Pour les sujets obèses, des données anthropométriques, biologiques (métaboliques, vitaminiques), ainsi qu’un échantillon de selle pour analyse de microbiote était recueilli. Les échantillons étaient conservés à -80°C, puis l’ADN bactérien a été extrait à l’aide du kit PowerFecal de Qiagen ®. Le séquençage de l’ADN était effectué à l’aide d’un séquenceur de 3ème génération, le MiNiON, utilisant la technique novatrice du Nanopore. Des corrélations étaient testées entre des profils de microbiote et les tests mnésiques.

Résultats

28 sujets obèses et 15 sujets témoins sains ont été inclus. L’IMC des sujets obèses était significativement plus élevé (42,4 ± 5,1 vs. 22,8 ± 12,6, p<0,05). L’âge des sujets n’étaient pas différent (42,4 ±12,0 vs. 45,6 ± 7,1 ans, p=NS). Les patients obèses présentent une phase d’apprentissage plus longue (plus d’essais au stade 1) que les témoins au test du labyrinthe radial (7,7 ± 2,2 versus 6,4 ± 0,9, p<0,05). Il n’existe pas de différence significative au stade 2 du test, explorant la flexibilité de la mémoire dépendante de l’hippocampe. Au test du rappel des 15 mots (AVLT), les patients obèses présentent également un retard à l’apprentissage avec des performances initialement significativement moins élevées (9,8 ± 2,2 et 11,8 ± 1,8 versus 11,6 ± 2,2 et 13 ± 1,4 mots rappelés, p<0,05, pour les essais 2 et 3). Au test de fluence verbale, les patients obèses ont une altération dans les deux catégories (lexicale et catégorielle), avec un nombre de mots en moyenne significativement inférieur (17,6 ± 4,9 mots vs. 20,9 ± 4,7, p<0,05, et 21,2 ± 3,2 mots vs. 23,8 ± 3,3, p<0,05). Les scores d’anxiété et de dépression n’étaient pas différents entre les deux groupes.

Le kit PowerFecal de Qiagen ® a permis une extraction ADN de qualité de l’ensemble des échantillons, et la technique du MiNiON a permis l’analyse de 18 profils de microbiote intestinal des sujets obèses avant chirurgie bariatrique. Il existe une corrélation négative entre  l’ordre Eggerthellales et les différents scores du rappel des 15 mots (r= -0,55 pour AVLT2, r = -0,64 pour AVLT4, -0,65 pour AVLT5, p<0,05 pour tous les tests). Au rang taxonomique inférieur (famille), il existe une corrélation négative entre Eggerthellaceae et ces mêmes tests.

Discussion

Conclusion

Les sujets obèses avant chirurgie bariatrique présentent des dysfonctions mnésiques en comparaison à une population témoin. Il existe des corrélations négatives entre des profils de microbiote intestinal et certains tests mnésiques, c’est à dire que  : plus l’abondance de  Egherthellales est importante, moins bons sont les résultats mnésiques. Egghertella a pu être associée à certains profils de microbiote chez des sujets âgés fragiles (1).  Nos résultats suggèrent que l’obésité pourrait précipiter le vieillissement cognitif, en lien avec une modification du microbiote. 

Remerciements