JFHOD

C.101 - Une association de symptômes et la sensibilité viscérale sont des facteurs déterminants pour la qualité de vie spécifique au syndrome de l’intestin irritable

C. Melchior, E. Colomier, A.I. Trindade, K. Mahrukh, H. Törnblom, M. Simrén

Introduction

Les patients avec un syndrome de l’intestin irritable (SII) rapportent une qualité de vie réduite. Cependant la manière dont les différents facteurs influencent la qualité de vie, et l’importance relative de ces facteurs, sont encore incomplètement compris. Les facteurs  potentiels incluent les symptômes gastrointestinaux (GI), psychologiques et somatiques, les anomalies motrices et sensorielles GI. Par conséquent, l’objectif de notre étude était d’évaluer l’importance de ces différents facteurs et leurs effets sur la qualité de vie spécifique au SII.

Patients et Methodes

Nous avons inclus des patients SII (selon les critères de Rome) qui avaient complété le questionnaire de qualité de vie spécifique au SII (IBSQOL) et des questionnaires validés évaluant la consistance et la fréquence des selles (BSF) ; la sévérité des symptômes GI, (GSRS-IBS), l’anxiété et la dépression (HADS), l’anxiété spécifique aux symptômes GI (VSI), le sens de cohérence (KASAM), et la sévérité des symptômes somatiques (PHQ-12 & SCL-90R). Les patients ont également eu un temps de transit des marqueurs radio-opaques (TTM) et une mesure de la sensibilité viscérale par barostat rectal. La moyenne des 9 échelles de l’IBSQOL a été utilisée comme variable, nommée qualité de vie globale (de 0-100). La présence d’associations bivariées entre la qualité de vie et les autres facteurs a été évaluée à l’aide de corrélations de Pearson. Les variables significativement associées à la qualité de vie ont été entrée dans le modèle général linéaire (MLG).

Résultats

Nous avons inclus 314 patients souffrant d’un SII, 56% d’après les critères de Rome II et 44% selon les critères de Rome III. Les sous-types étaient répartis en 22% de SII avec constipation, 42% avec diarrhée et 36% de mixte ou de non classé. La moyenne d’âge était de 36.3 ± 12.2 ans, avec 73.6% de femmes.  Les patients avaient une durée de la maladie de 11.6 ± 11.3 ans. La qualité de vie globale était de 61.9 ± 17.8. Le genre, la fréquence des selles, la sévérité des symptômes GI et somatiques, l’anxiété et l’anxiété spécifique aux symptômes GI, le sens de cohérence, la dépression et le seuil de douleur rectale étaient associés avec la qualité de vie globale. L’ensemble de ces facteurs ont été inclus dans l’analyse par MLG ( F(9,193)=35.834, p<0.001, R²=0.608) et une fréquence des selles plus élevée, la sévérité des symptômes GI et somatiques, la dépression, l’anxiété spécifique aux symptômes GI et un seuil de douleur rectale abaissée étaient indépendamment associés avec un qualité de vie globale réduite (table 1).

Discussion

Conclusion

La sévérité des symptômes GI, somatiques et psychologiques, ainsi que l’hypersensibilité viscérale ont été identifiées comme d’important déterminants de la qualité de vie globale dans le SII. Une évaluation de ces facteurs est recommandée dans la prise en charge des patients souffrant d’un SII dans le but d’améliorer leur qualité de vie.

Remerciements