JFHOD

CO.122 - Utilisation de l'Hemospray® en urgence aux horaires de garde chez 152 patients ayant une hémorragie digestive

A. Becq, C. Houdeville, M.L. Tran-Minh, N. Steuer, D. Danan, M.A. Guillaumot, E. Abou Ali, M. Barret, A. Amiot, N. Carbonell, P. Marteau, U. Chaput, X. Dray, M. Camus

Introduction

L’Hemospray© (TC-325; Cook Medical, Winston-Salem, NC, USA) est utilisé depuis plusieurs années dans la prise en charge des hémorragies digestives hautes, malgré des données limitées dans la littérature. L’objectif de cette étude était d’évaluer l’usage de l’Hemospray© en urgence dans le contexte d’une garde mobile d’endoscopie, lors de gestes réalisés durant les heures non ouvrées.   

Patients et Methodes

Dans cette étude de cohorte rétrospective multicentrique, tous les patients consécutifs ayant eu une endoscopie en urgence avec utilisation d’Hemospray© de novembre 2015 à décembre 2018 dans la région parisienne (départements 75, 93 et 94) pendant la garde mobile d’endoscopie de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris étaient inclus (centres hospitaliers). Les données cliniques, biologiques et endoscopiques étaient colligées. Les données concernant le suivi telles que le taux de récidive, de nouvelle endoscopie avec traitement hémostatique, de complication et de survie étaient également collectées. 

Résultats

Au total, 152 patients (âge moyen 65 ans, hommes 70,4%) étaient inclus, pour 153 endoscopies réalisées. Dans le contexte de cette garde, l’Hemospray© était utilisé dans 13,4% des interventions avec traitement hémostatique. Parmi les 31 endoscopistes ayant participé à l’étude, 11 étaient considérés comme plus expérimentés (plus de 4 ans de participation à la garde à la date de début des inclusions) et ont réalisé 73 des 153 endoscopies (48,0%). Les causes de saignement les plus fréquentes étaient les ulcères gastroduodénaux (52,0%), les tumeurs (22,4%) et les œsophagites (12,5%). La majorité des saignements étaient haut situés (95,0%). L’Hemospray© était utilisé comme technique de sauvetage dans 60,8% des cas. D’autres techniques d’hémostase telles que l’injection de sérum adrénaliné, la pose de clips et la thermocoagulation étaient utilisées dans 52,9% des endoscopies d’urgence. Il n’y avait pas de différence d’utilisation de l’Hemospray (première intention vs technique de « sauvetage ») entre les endoscopistes expérimentés et moins expérimentés de la garde. L’arrêt immédiat du saignement était noté dans 79,0% des cas et la récidive dans 39,9% des cas. Au total, 26,4% des patients ont bénéficié d’un nouveau traitement hémostatique par voie endoscopique. Le recours à un traitement hémostatique non endoscopique (embolisation artérielle, radiothérapie, chirurgie) était nécessaire chez 34 patients (23,0%). A 30 jours de suivi, le taux de survie était de 71,6%. Seule une complication était rapportée (perforation) (tableau 1). 

Discussion

Conclusion

L’utilisation de l’Hemospray© par un endoscopiste de garde est simple et sûre, avec des résultats satisfaisants au vu de la sévérité des patients concernés dans le contexte de l’urgence. L’Hemospray© est principalement utilisé pour les hémorragies digestives hautes, secondaires en grande partie à des ulcères gastroduodénaux et des tumeurs, et souvent comme traitement de sauvetage. 

Remerciements