JFHOD

P.099 - Validation de la version française de l’Inflammatory Bowel Disease Questionnaire (IBDQ) chez les patients atteints d’une MICI

G. Bouguen, M. Dewitte, L. Siproudhis, L. Peyrin-Biroulet

Introduction

L’évaluation et l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) est un objectif majeur dans la prise en charge de ces patients. L’outil le plus souvent utilisé pour évaluer spécifiquement la qualité de vie au cours des MICI est l’Inflammatory Bowel Disease Questionnaire (IBDQ). Ce questionnaire n’a jamais été évalué en langue française alors que ceci est indispensable afin de pouvoir l’utiliser pour le suivi quotidien des patients et dans les essais cliniques nationaux et internationaux.

Patients et Methodes

Il s’agit d’une étude prospective bicentrique ayant inclus des patients majeurs atteints d’une MICI entre 2014 et 2016. Une traduction française de l’IBDQ était complétée par les patients ainsi qu’un questionnaire général, non spécifique, de qualité de vie (MOS-SF36) et un score d’activité de la maladie (Harvey Bradshaw index pour la maladie de Crohn (MC) ou simple-clinical-colitis-activity index pour la rectocolite hémorragique (RCH))  afin de pouvoir tester la validité interne (coefficient alpha de Cronbach) et externe de l’IBDQ Français (corrélation avec le MOS-SF36) et d’analyser sa valeur discriminative (corrélation avec les scores d’activité). Les patients étaient revus entre 2 et 6 mois pour l’analyse de sa fiabilité (persistance des corrélations) et de sa reproductibilité (variation de l’IBDQ selon l’évolution de la maladie). (CCTTIRS n°13.355, NCT01891214)

Résultats

119 patients ont été inclus (62 MC et 57 RCH). Parmi les 119 patients, 58 % étaient des femmes et la maladie était considérée comme active à l’inclusion chez 53 patients (44.5 %) (Harvey Bradshaw index >4 ou simple-clinical-colitis-activity index > 4). Les traitements en cours étaient du vedolizumab pour 10 patients et un anti-TNF pour 85 patients. Concernant la validité interne de l’IBDQ français, sur l’ensemble de la cohorte et les 32 items, le coefficient normalisé alpha de Cronbach était égal à 0,95 témoignant d’une forte cohérence et interrelation entre les items. Il n’y avait pas de différence selon le type de la maladie (avec un coefficient normalisé de respectivement 0,94 et 0,96 pour la MC et la RCH) ou selon l’activité de la maladie avec un coefficient normalisé respectivement de 0,93 et 0,90 pour la maladie active et inactive. La corrélation entre les items persistait quelle que soit la dimension étudiée par le questionnaire (symptômes digestifs, symptômes systémiques, troubles émotionnels, fonction sociale). Toutes les sous-échelles du SF36 étaient significativement corrélées avec le score total, p<0.0001. Seule la question 21 de l’IBDQ était peu cohérente avec le reste du questionnaire. Il existait une forte corrélation entre l’activité de la maladie et le score IBDQ avec un coefficient de corrélation de Spearman de 0,82 pour la maladie inactive et de 0,48 pour la maladie active.

A la seconde visite, l’analyse s’est portée sur 100 patients incluant 46 patients ayant expérimenté une modification de l’activité de la maladie (37 se sont améliorés et 9 se sont aggravés). La corrélation entre l’IBDQ et l’activité de la maladie persistait indépendamment de l’évolution de la maladie (corrélation de Spearman à 0,73).

Discussion

Conclusion

Cette étude valide pour la première fois la traduction française de l’IBDQ, autorisant donc son utilisation en pratique courante et lors des essais cliniques.

Remerciements

Abbvie