JFHOD

CO0 - Validation du caractère quasi-monomorphique de cinq séquences microsatellites mononucléotidiques potentiellement utiles pour le diagnostic d'instabilité microsatellitaire dans une population de 100 patients avec cancer colorectal

Buecher Bruno, Kury S, Aubin G, Maury I, Galmiche Jean-Paul, Bezieau S
Introduction

La recherche d'une instabilité microsatellitaire (IM) est une étape importante pour le diagnostic du syndrome HNPCC. Elle repose actuellement sur le génotypage comparatif de 2 séquences mononucléotidiques (BAT-25 ; BAT-26) et de 3 séquences dinucléotidiques (D2S123 ; D5S346 et D17S250) à partir de l'ADN germinal (leucocytes du sang périphérique ou muqueuse colique saine) et de l'ADN tumoral. Un travail récent suggère que l'étude d'un nouveau panel de 5 séquences mononucléotidiques (BAT-25 ; BAT-26 ; NR-21 ; NR-22 et NR-24) pourrait être plus performante pour le diagnostic d'IM et que le caractère quasi-monomorphique de ces séquences permettrait de s'affranchir de l'étude systématique de l'ADN germinal (1). L'objectif de notre étude était de valider le caractère quasi-monomorphique des 5 microsatellites BAT-25, BAT-26, NR-21, NR-22 et NR-24 au niveau germinal dans une population de 100 patients originaires de la région Pays de la Loire atteints de cancer colorectal.

 

Patients et Méthodes

Un prélèvement de 10 mL de sang était réalisé sur EDTA. Après extraction de l'ADN des lymphocytes, BAT-25, BAT-26, NR-21, NR-22 et NR-24 étaient amplifiés simultanément par Polymerase Chain Reaction (PCR) pentaplex au moyen d'amorces oligo-nucléotidiques spécifiques marquées avec 2 fluorochromes. Les produits d'amplification étaient secondairement génotypés au moyen d'un séquenceur automatique ABI PRISMTM 310 (Applied Biosystems) et les résultats analysés au moyen du logiciel Genotyper 2.5.2 (Applied Biosystems).

 

Résultats

La co-amplification des 5 marqueurs testés a été contributive dans tous les cas, sans difficulté technique. Pour l'ensemble des marqueurs, seuls 4 allèles variants ont été identifiés dans notre population : 1 pour BAT-25 ; 1 pour NR-24 et 2 pour NR-21. BAT-25, BAT-26, NR-21, NR-22 et NR-24 étaient monomorphiques dans 100 %, 99 %, 98 %, 100 % et 99 % des cas respectivement. Deux individus présentaient un seul allèle variant (BAT-25 et NR-21) et un individu 2 allèles variants (NR-24 et NR-21). Aucun individu de cette cohorte ne présentait de polymorphisme dans plus de 3 marqueurs testés.

 

Conclusion

Notre étude souligne la simplicité technique de l'amplification simultanée de ces 5 séquences au cours d'une seule réaction de PCR pentaplex. En confirmant le caractère quasi-monomorphique de ces marqueurs, elle constitue la première étape de validation d'un outil spécifique pour le diagnostic d'IM en l'absence d'étude de l'ADN germinal.