JFHOD

S0 - Visilizumab, anticorps humanisé anti-CD3, dans le traitement de la rectocolite hémorragique sévère. Résultats préliminaires d'une étude de phase I-II

Van Assche G, Targan S, Salzberg B, Hommes D, Plevy S, Dignass AU, Baumgart DC, Mayer L, Mahadevan U, Reinisch W, Lowder J
Introduction

Les cellules T activées jouent un rôle clef dans la physiopathologie des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI). La protéine CD3 est un des composants du récepteur T à la surface de la cellule. Le Visilizumab (Nuvion, PDL, Fremont, CA) est un anticorps monoclonal anti-CD3 humanisé en développement dans les MICI qui agit en induisant l'apoptose des lymphocytes T activés muqueux et en diminuant le recrutement des lymphocytes CXCR3+ dans la muqueuse.

 

Patients et Méthodes

Il s'agissait d'une étude multicentrique de phase I-II visant à évaluer l'efficacité, la tolérance et la pharmacocinétique du Visilizumab dans la rectocolite hémorragique (RCH) et à déterminer la dose optimale pour de futurs essais randomisés. Les malades présentaient une RCH réfractaire après au moins 5 jours de corticoïdes IV. L'activité clinique de la RCH a été mesurée par le score modifié de Truelove et Witts (MTWSI) à toutes les visites (score allant de 0 à 21 : > 10 = sévère ; < 4 = normal). L'index de sévérité Mayo comportant des paramètres cliniques et endoscopiques a été évalué à l'inclusion dans l'essai et à J30.

 

Résultats

Cinquante-quatre malades ont été inclus. Trente malades ayant reçu 5, 7,5, ou 10 mg/kg en 2 injections IV quotidiennes sont évaluables à J30. La dose de 12,5 mg/kg est en cours d'étude. A l'entrée dans l'essai, les malades avaient un MTWSI moyen de 12,7 et 80 % avaient des signes d'inflammation sévère à l'endoscopie. Une réponse a été observée pour toutes les doses dès la première semaine. Vingt-sept pour cent des malades avaient un MTSWI < à 4 et étaient sevrés en corticoïdes à la huitième semaine et 63 % avaient un Mayo score < 1 à J30. Un syndrome de largage des cytokines durant plusieurs heures a été observé pour toutes les doses utilisées. Une diminution du compte des lymphocytes T a été observée 10 minutes après l'injection avec un retour à la normale des valeurs en 2 à 6 semaines. Un malade a présenté une méningite varicelleuse. Aucun syndrome lymphoprolifératif n'est survenu. Les concentrations sanguines maximales de Visilizumab étaient proportionnelles aux doses utilisées et le Visilizumab était indétectable une semaine après l'injection.

 

Conclusion

Dans cet essai, le Visilizumab a montré une efficacité clinique et endoscopique pour toutes les doses testées avec un effet rapide dans la RCH réfractaire aux corticoïdes. La poursuite de l'essai permettra de définir la dose optimale à utiliser pour de futurs essais.