Atteinte duodénale des PAF : oui à l’endoscopie thérapeutique !!!
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Recherche clinique

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Geoffroy VANBIERVLIET

Enthousiasme

À la une 15/06/2014

Atteinte duodénale des PAF : oui à l’endoscopie thérapeutique !!!

Le présent travail a évalué l’efficacité au long terme du traitement endoscopique dans les lésions adénomateuses évolutives duodénales chez les patients porteurs de polypose adénomateuse familiale (PAF). Il s’agissait d’une étude rétrospective bi centrique française, coordonnée par le Professeur Jean-Christophe Saurin, incluant 35 malades présentant une maladie duodénale évoluée de PAF (stade IV – Score moyen de Spigelman de 9,8). Les patients étaient traités par technique endoscopique (moyenne de 7 sessions de résection/destruction) après une procédure diagnostique en endoscopie axiale et latérale associant lumière blanche et chromoendoscopie. Le suivi était conséquent, sur plus de 9 ans en moyenne, avec des extrêmes allant jusqu’à 19 ans. Le traitement consistait en une mucosectomie ou une ampullectomie en cas de lésion de taille supérieure à 10 mm, ou de lésion sessile de 5 à 10 mm. La destruction par argon (20 à 30 W – 1 L/min) était envisagée en cas de lésion de moins de 5 mm ou bien plane de 5 à 10 mm. L’objectif était d’éradiquer les lésions les plus volumineuses et de réduire (à moins de 10) le nombre des plus petites, quelque soit le stade de dysplasie. Il fut observé grâce à cette prise en charge une réduction significative du score de Spigelman (phénomène de « down-staging »), en moyenne de 60%,  avec plus des 2/3 des patients présentant un stade II ou III en fin de suivi, sans aucun diagnostic de cancer duodénal invasif. Seul 3 patients bénéficièrent finalement d’une chirurgie, l’un pour récidive d’une lésion ampullaire avec refus de l’endoscopie du malade et les 2 autres pour polypose distale entraînant un abord endoscopique difficile. Le taux global de complications (significatives) était de 6% avec une seule perforation à déplorer.

Commentaires
 

Si le traitement et le suivi recto colique des patients porteurs de PAF sont bien codifiés, la prise en charge duodénale, généralement plus tardive, souffrait jusqu’à ce jour d’un manque de données patent dans la littérature. Le traitement endoscopique avait déjà fait preuve de son efficacité technique avec des moyens de résection et de destruction efficaces dans de nombreuses séries. Mais le suivi de ces malades au long cours après prise en charge endoscopique, et le phénomène de « down-staging », n’étaient pas encore validés sur des effectifs supérieurs à une vingtaine de malades. Cocorico donc, puisqu’ici Moussata et al. publient la série la plus large de la littérature démontrant :

1) que le traitement endoscopique est efficace et bien toléré ;

2) que le phénomène de « down-staging » est réel et persistant dans le temps ;

3) que le risque de transformation en cancer invasif est très faible si le malade est suivi selon un protocole endoscopique bien établi.

Les points forts de cette étude sont incontestablement la qualité du protocole endoscopique mis en place et la qualité du suivi sans aucun patient perdu de vu. Ces informations sont essentielles à l’heure où nos réunions de concertation médico chirurgicale sont parfois difficiles pour ces malades chez qui la morbidité de la duodénopancréatectomie n’est plus à démontrer. En conclusion, un score de Spigelman élevé et un stade IV dans le suivi d’une PAF, ne veut pas nécessairement signifier la chirurgie; le recours à un centre d’endoscopie averti devrait dans le futur s’imposer en première intention pour tous ces malades.

Références
 
Titre :

Atteinte duodénale des PAF : oui à l’endoscopie thérapeutique !!!

Titre original :

Endoscopic treatment of severe duodenal polyposis as an alternative to surgery for patients with familial adenomatous polyposis.

Auteurs :

Moussata D, Napoleon B, Lepilliez V, Klich A, Ecochard R, Lapalus MG, Nancey S, Cenni JC, Ponchon T, Chayvialle JA, Saurin JC.

Source(s) :

Article

Revue :

Gastrointestinal Endoscopy

Références biblio. :

Gastrointest Endosc. 2014 May 6. pii: S0016-5107

Liens utiles
Lien pubmed
   
SNFGE.org