Augmentation du risque de cancers cutanés dans les MICI et majoration par les thiopurines
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Professeur Guillaume CADIOT

Enthousiasme

À la une 24/11/2011

Augmentation du risque de cancers cutanés dans les MICI et majoration par les thiopurines

Deux études publiées dans le même numéro de Gastroenterology ont évalué le risque de cancers cutanés non mélaniques de type baso- et spino-cellulaire (NMSC) dans les MICI et l'influence des traitements immunosuppresseurs. Il existe une augmentation de ce risque chez les transplantés mais ceci na pas été correctement évalué chez les sujets atteints de MICI, notamment ceux traités par immunosuppresseurs. L'étude de Singh et al a été faite à partir d'une cohorte d'environ 1,2 million de sujets de la population résidant à Manitoba (Canada). Les 9618 patients atteints de MICI (suivi médian 11,7 ans) ont été appariés à 10 sujets sans MICI (suivi 11,5 ans). De plus une étude cas-témoins nichée a été faite au sein de la population MICI pour évaluer le risque lié aux immunosuppresseurs. L'étude de Peyrin-Biroulet et al a été faite à partir de la cohorte CESAME de 19 486 sujets atteints de MICI et suivis 35 mois. Le ratio d'incidence standardisée a été calculé à partir de l'incidence des NMSC observée pendant l'étude et l'incidence estimée à partir des données du réseau national FRANCIM. Les 2 études montrent une augmentation du risque de NMSC dans les MICI, limité au carcinome basocellulaire dans l'étude Singh et al (hazard ratio HR) 1,20; IC 95% 1,03-1,40), mais portant sur les 2 types tumoraux dans l'étude française (ratio d'incidence standardisée 2,89 (IC95% 1,98-4,08). Parmi les sujets atteints de MICI de la série de Singh et al, le risque de carcinome spinocellulaire était augmenté d'un facteur supérieur à 5 chez les sujets traités par thiopurines (HR 5,40 ; IC95% 2,0-15,6) et, dans l’étude nichée, de plus de 20, mais limité aux traitements en cours. Le risque augmentait avec la durée du traitement et la dose cumulée. Celui du carcinome basocellulaire ne l’était que dans l’étude cas-témoins nichée. Il n’y avait pas de différence entre maladie de Crohn et rectocolite hémorragique et pas d’influence des autres immunosuppresseurs. Dans l’étude CESAME, une augmentation du risque de NMSC a été constatée à tout âge chez les sujets en cours de traitement ou ayant été traités par thiopurines, respectivement HR 5,9 ; IC95% 2,1-16,4 et 3,9 ; IC95% 1,3-12,1. L’âge était aussi un facteur de risque indépendant. Dans les 2 études, les basocellulaires étaient plus fréquents que les spinocellulaires. Leur localisation était essentiellement les parties du corps exposées au soleil.

Commentaires
 

Malgré une méthodologie différente, les résultats sont concordants. Ces 2 études permettent d’affirmer : 1- qu’il y a probablement une petite augmentation du risque de NMSC dans les MICI, et 2- surtout que l’augmentation du risque est très élevée chez les sujets traités par thiopurines, avec des différences dans les 2 études, notamment augmentation paraissant limitée aux spinocellulaires et aux traitements par thiopurines en cours dans l’étude canadienne. Les différences méthodologiques peuvent expliquer ces petites différences. Les conséquences sont qu’il faut prévenir et dépister ces lésions chez les sujets atteints de MICI traités par thiopurines, et probablement de façon générale chez tous les sujets atteints de MICI. Le dépistage passe par une consultation annuelle en dermatologie. La prévention passe par la réduction de l’exposition solaire et la protection par écran total. Ces mesures doivent être appliquées sans attendre. Elles s’ajoutent à d’autres, comme le dépistage du cancer colorectal par la coloscopie en fonction de l’extension de la maladie et la durée d’évolution, le dépistage du cancer du col chez la femme, la prévention des infections par les vaccins, notamment celui contre la grippe et probablement celui contre le pneumocoque.

Références
 
Titre :

Augmentation du risque de cancers cutanés dans les MICI et majoration par les thiopurines

URL : Increased risk for nonmelanoma skin cancers in patients who receive thiopurines for inflammatory bowel disease; Increased risk of nonmelanoma skin cancers among individuals with inflammatory bowel disease
Auteurs :

Peyrin-Biroulet L, Singh H, et al

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2011;141:1621-28 et Gastroenterology 2011;141:1612-20

SNFGE.org