Baisse de la mortalité liée au dépistage par hémocult sur 30 ans
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Docteur Hervé Hagege

Enthousiasme

À la une 06/10/2013

Baisse de la mortalité liée au dépistage par hémocult sur 30 ans

Plusieurs études randomisées ont démontré l’intérêt de rechercher un saignement occulte dans les selles pour réduire la mortalité par cancer colorectal, cette diminution de mortalité allant de 15 à 33 %. Cependant, ces études comportaient un suivi allant au maximum jusqu’à 20 ans et cette étude de A Shaukat et al est la première permettant d’évaluer l’intérêt du dépistage réalisé de façon prolongé jusqu’à 30 ans.
Au Minnesota, 46.551 volontaires sains, âgés de 50 à 80 ans ont été randomisés pour avoir un dépistage annuel (n=15.570), biannuel (n=15.587) ou participer au groupe contrôle (n=15394). Le recrutement des patients s’est déroulé de 1975 à 1978 et le dépistage a été réalisé de 1976 à 1992 avec un arrêt de 4 ans de 1982 à 1986. Les patients dépistés annuellement ont bénéficié de 11 tests proposés et ceux du groupe biannuel de 6 tests. 90% des patients ont eu au moins un test et 83% des tests positifs ont eu une coloscopie avec un taux de complication faible de 0,1%.

Durant le suivi de 30 ans, 33.020 participants sont décédés (70,9 %). 732 décès étaient liés à un cancer colorectal : 200 décès sur les 11.072 (1,8%) dans le groupe de screening annuel, 237 décès sur les 11.004 (2,2%) dans le groupe screening biannuel et 295 sur les 10.944 (2,7%) dans le groupe contrôle. Le screening permettait donc de réduire significativement la mortalité par cancer colorectal avec un risque relatif lors du screening annuel de 0,68 (intervalle de confiance 0,56-0,82) et un risque relatif de 0,78 pour le screening biannuel (intervalle de confiance 0,65-0,93). Cependant, la mortalité globale, toutes causes confondues, n’était pas réduite. La réduction de mortalité était plus largement observée chez les hommes que chez les femmes.

Au total, la réduction de mortalité par cancer colorectal persistait durant le suivi de 30 ans, avec un dépistage par recherche de saignement occulte dans les selles.

Commentaires
 

Il s’agit de la première étude avec un suivi aussi prolongé. Elle démontre que le bénéfice persiste dans le temps avec une réduction du risque de cancer colorectal de 32%. Cependant, si la mortalité par cancer colorectal est diminuée, notamment chez les hommes par rapport aux femmes, la mortalité globale n’est pas réduite de façon significative. Le résultat de cette étude sur la mortalité globale est décevant, mais ne remet pas en cause fondamentalement les programmes de dépistage dans les populations à risque moyen. En effet, il existe des limitations à cette étude où la cause du décès était évaluée sur les certificats de décès et la localisation du cancer distal ou proximal ne pouvait pas être précisée. Il est trop tôt pour juger de l’impact à long terme du dépistage par les tests radio-immunologiques qui devraient être mis en place dans notre pays l’année prochaine.

Références
 
Titre :

Baisse de la mortalité liée au dépistage par hémocult sur 30 ans

Titre original :

Long-Term Mortality after Screening for Colorectal Cancer

Auteurs :

Shaukat A

Source(s) :

Article

Revue :

New England Journal of Medicine

Références biblio. :

N Engl J Med 2013; 369: 1606-1614

SNFGE.org