Campagne d'éradication de H pylori et cancer gastrique
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Moyen

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Docteur Anne COURILLON-MALLET

Enthousiasme

À la une 12/07/2012

Campagne d'éradication de H pylori et cancer gastrique

Au cours de l’infection à H.pylori la muqueuse gastrique peut rester purement inflammatoire, mais peut aussi dans un cas sur deux devenir atrophique ou plus rarement être le siège d’une métaplasie intestinale ou d’une dysplasie. Le cancer est l’aboutissement de ce long processus de transformation.

L’objectif de cette étude était d’étudier l’efficacité d’une campagne d’éradication de la bactérie sur l’évolutivité de ces lésions prénéoplasiques et sur l’incidence du cancer gastrique.
L’étude a porté sur plus de 4000 habitants d’une ile proche de Taiwan, où la prévalence de l’infection à H pylori et l’incidence du cancer gastrique étaient élevées. Une campagne d’éradication bactérienne a été proposée en 2004 au cours de laquelle 1762 sujets ont eu une endoscopie avec biopsies ; 841 ont pu être réexaminés en 2008. De nombreuses données épidémiologiques recueillies entre 1995 et 2003 sur la population de cette ile étaient disponibles permettant des comparaisons avec les périodes antérieures.

Résultat : le taux d’éradication était de 78.7% et la prévalence de l’atrophie passait de 59.9% en 2004 à 13.7% en 2008 (soit une réduction de 77%). Après ajustement en fonction du déclin spontané de l’atrophie et de l’infection depuis 1995 attribué aux meilleures conditions sanitaires de la population, la réduction de l’atrophie restait de l’ordre de 61% .On notait aussi une diminution de la sévérité de l’atrophie. En revanche les prévalences de la métaplasie (38.9% ) et de la dysplasie (15.2%)observées en 2004 ne diminuaient pas en 2008. L’incidence du cancer diminuait de 25% entre les périodes 1999-2003 avant la campagne d’éradication et 2004-2008 soit après la campagne d’éradication bactérienne.

Commentaires
 

Cette étude confirme que l’éradication bactérienne permet de stopper l’évolution de l’atrophie gastrique ou même de la faire régresser mais ne fait pas régresser la métaplasie intestinale. La prévention des transformations prénéoplasiques de la muqueuse gastrique est donc d’autant plus efficace que précoce, avant l’installation de la métaplasie intestinale étendue, c'est-à-dire chez les adolescents ou les jeunes adultes. Concernant le cancer les résultats de l’étude sont à prendre avec réserve. En effet la diminution d’incidence du cancer gastrique ne peut être attribuée à la campagne d’éradication mais est plus probablement due à la diminution spontanée de l’infection et des lésions prénéoplasiques amorcée bien avant cette campagne. Elle est aussi due à la détection précoce de lésions cancéreuses lors de l’endoscopie systématique de 2004. Pour prouver un effet bénéfique de la campagne d’éradication sur l’incidence du cancer, un suivi prolongé sera nécessaire. Il faut espérer que les auteurs pourront continuer le suivi épidémiologique au delà de 2015. Nous avons vraiment besoin d’études convaincantes pour proposer dans les pays à forte incidence de cancer une prévention du cancer gastrique par un dépistage et une éradication bactérienne à grande échelle. Dans les pays occidentaux, l’incidence du cancer gastrique et de l’infection à H pylori sont en diminution rapide et ne justifient pas de dépistage de masse. Seul un dépistage ciblé est recommandé chez les apparentés de cancer gastrique.

Références
 
Titre :

Campagne d'éradication de H pylori et cancer gastrique

Titre original :

The benefit of mass eradication of Helicobacter pylori infection: a community-based study of gastric cancer prevention

Auteurs :

Lee Y-C, Chen T, Chiu H-M, Shun CT, Chiang H, Liu TY, Wu MS, Lin J-T

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut published online June 14, 2012

SNFGE.org