Cancer d'intervalle, une méta-analyse
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Docteur Philippe AYGALENQ

Enthousiasme

À la une 01/07/2013

Cancer d'intervalle, une méta-analyse

Le cancer d'intervalle est défini comme un cancer colorectal découvert après une coloscopie de depistage et avant la date de la coloscopie de contrôle.

Une méta-analyse a regroupé l'ensemble des études de dépistage comportant plus de 800 patients avec des données effectives sur un suivi par coloscopie, toutes publiées avant 2006. Après exclusion des polyposes et des cancers initiaux, 9167 patients ont été étudiés. Un algorithme utilisant le délai entre la coloscopie et le cancer d'intervalle (moins d'un an, entre un et trois ans, plus de trois ans), associé à la notion d'un adénome évolué initial dans la zone où sera retrouvé ultérieurement le cancer permet selon les auteurs d'attribuer le caractère de «lésion manquée » (non vue mais présente lors de l'examen initial), de « lésion incomplètement réséquée initialement » voir de « lésion nouvelle » pour expliquer la survenue de ce cancer d'intervalle.

58 cancers d'intervalle ont été découverts dont 80% avaient une indication initiale de coloscopie de dépistage sans symptômes. La situation de ces cancers était disséminé sur l'ensemble du colon et la majorité (78%) était à un stade précoce I ou II. Néanmoins neuf patients (15%) sont décédés des suites de ce cancer colo-rectal.

La grande majorité de ces cancers ont été attribuée à une « lésion manquée » ( 52% soit 30 cas ). 19% (11 cas) ont été attribués à une « lésion incomplètement réséquée initialement». La survenue d'un cancer sur une nouvelle lésion a été retenue dans 24% des cas (14 cas) et les trois lésions restantes ont été attribuées à une erreur d'interprêtation de la biopsie initiale.

Pour les neufs patients qui sont décédés du cancer colo-rectal, la grande majorité était  des « lésions manquées » (7 cas).

 

Commentaires
 

Le cancer d'intervalle reste un problème majeur du dépistage du cancer du côlon et une angoisse récurrente des endoscopistes. Cette étude insiste sur le risque de lésions manquées lors de l'examen initial. Quelques études comparatives (Coloscopie en tandem[1], TDM [2]) avaient tentées d'évaluer la sensibilité de la coloscopie pour des adénomes de plus d'un centimètre avec des résultats qui varient de 2-6%[1] à 11-17 % [2] des lésions de plus d'un centimètre manquées. Les explications restent toujours les mêmes, qualité de la préparation, fréquence des lésions avancées sur les adénomes plans difficiles à voir, temps de retrait de l'appareil. L'autre point évoqué, reste le problème de la résection partielle, notamment à la pince ou en piecemeal. Il est important de progresser dans tous ces secteurs, avec deux messages néanmoins positifs de cette étude, le premier suggérant que l'amélioration technique des endoscopes et de la mucosectomie depuis 2005 a certainement permis une meilleure efficacité de l'endoscopie, le deuxième considérant que malgré ces cancers d'intervalle, le taux de cancer dans cette population dépistée reste 10 fois inférieure à celui d'une population appariée pour l'âge non dépistée.

Références
 
Titre :

Cancer d'intervalle, une méta-analyse

URL : Colorectal cancers soon after colonoscopy: a pooled multicohort analysis
Auteurs :

Robertson D-J, Lieberman D-A, Winawer S, Ahnen D-J, Baron J, Schatzkin A, Cross J-A, Zauber GA

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut doi:10.1136/gutjnl-2012-303796

SNFGE.org