Cancers du pancréas opérés : une lueur d’espoir francophone
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Patrick DELASALLE

Enthousiasme

À la une 03/04/2019

Cancers du pancréas opérés : une lueur d’espoir francophone

Pour les patients atteints d’un cancer du pancréas métastatique, une chimiothérapie associant le fluorouracile, la leucovorine, l'irinotécan et l'oxaliplatine (FOLFIRINOX) prolonge la survie globale par rapport à un traitement avec la gemcitabine. 


Les auteurs (Français et Canadiens) ont mesuré l'efficacité et l'innocuité d'un traitement adjuvant, comparant le FOLFIRINOX modifié à la gemcitabine chez les patients atteints d’un cancer du pancréas réséqué.
 

Cet essai de phase 3 multicentrique prospectif, de bonne qualité, a inclus 493 patients de moins de 79 ans, présentant un adénocarcinome canalaire pancréatique réséqué R0 ou R1 (pN0 ou pN1). 3 à 12 semaines après la résection, les patients étaient randomisés et recevaient,  soit un schéma modifié de FOLFIRINOX toutes les 2 semaines, soit de la gemcitabine les jours 1, 8 et 15 puis toutes les 4 semaines, pendant 24 semaines.

 

Le critère principal était la survie sans maladie. Les critères d'évaluation secondaires comprenaient la survie globale et la tolérance.
 

Les résultats sont impressionnants: après un suivi médian de 33,6 mois, le taux de survie sans maladie à 3 ans était de 39,7% dans le groupe FOLFIRINOX modifié et 21,4% dans le groupe gemcitabine. La survie globale médiane était de 54,4 mois dans le groupe FOLFIRINOX modifié et de 35,0 mois dans le groupe gemcitabine (IC 95%, 0,48 à 0,86; p = 0,003). 


Des événements indésirables de grade 3 ou 4 sont survenus chez 75,9% des patients dans le groupe FOLFIRINOX modifié et chez 52,9% de ceux du groupe gemcitabine. Une
patiente du groupe gemcitabine est décédée des suites des effets toxiques (pneumopathie interstitielle).


Les auteurs concluent qu’un traitement adjuvant avec un schéma modifié de FOLFIRINOX a entraîné une survie significativement plus longue que la gemcitabine chez les patients atteints d'un cancer du pancréas réséqué, aux dépens d'une incidence plus élevée d'effets toxiques.

 

Commentaires
 

Les avancées récentes en cancérologie, en particulier grâce à l’immunothérapie, ont transformé le pronostic de certains cancers solides comme le mélanome ou le cancer du poumon  non à petites cellules. Malheureusement, ces avancées n’ont pas permis une amélioration dans le pronostic des adénocarcinomes du pancréas. Seulement 8% des cancers sont guéris, ce qui en fait le cancer solide de plus mauvais pronostic et les projections à 10 ans en feront la deuxième cause de mortalité par cancer aux USA. La chirurgie est l’unique traitement curatif, mais seuls, 20% des patients peuvent en bénéficier et sans chimiothérapie adjudante, la récidive apparaît très fréquemment 6 mois après. Les premiers essais avec la gemcitabine en traitement adjuvant ont permis de doubler la médiane de survie sans maladie (13,4 mois contre 6,7 mois dans le groupe d'observation), mais le bénéfice global de survie est beaucoup plus modeste (22,8 mois contre 20,2 mois).


Dans cet essai, la survie a dépassé les prévisions. A 3 ans, il existe 18 points de différence dans la survie sans récidive entre les deux bras au bénéfice du FOLFIRINOX (39,7 versus 21,4). La médiane de survie est de 54,4 mois, chiffre jamais atteint dans un essai sur l’adénocarcinome du pancréas.


Des questions restent en suspens : va-t-on avoir les mêmes résultats chez des patients ayant bénéficié d’un traitement néo-adjuvant ? Peut-on améliorer ces résultats en associant la radiothérapie ? Quels seront les résultats en adjuvant du Nab-Paclitaxel associé à la gemcitabine?

Dans tous les cas, le FOLFIRINOX en traitement adjuvant des cancers du pancréas réséqués, est dorénavant la norme en l’absence de contre-indications. Il nous reste à augmenter le nombre de patients résécables par un diagnostic plus précoce.

Références
 
Titre :

Cancers du pancréas opérés : une lueur d’espoir francophone

Titre original :

FOLFIRINOX or Gemcitabine as Adjuvant Therapy for Pancreatic Cancer

URL : NEJM : accès au texte intégral de l'article via rubrique Revues en ligne du site SNFGE (service réservé aux membres SNFGE à jour de cotisation)
Auteurs :

T. Conroy, P. Hammel, et col.

Source(s) :

Article

Revue :

New England Journal of Medicine

Références biblio. :

2018 Dec;379 (25): 2395-2406

SNFGE.org