Désescalade dans la RCH en rémission : attention à la marche !
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Recherche clinique

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Xavier TRETON

Enthousiasme

À la une 13/10/2021

Désescalade dans la RCH en rémission : attention à la marche !

La question de la désescalade thérapeutique chez les patients ayant une maladie inflammatoire chronique intestinale (MICI) en rémission, est majeure pour les patients, les soignants et les autorités médico-économiques.

 

Cet essai contrôlé, randomisé ouvert multicentrique japonais a inclus des patients avec une rectocolite hémorragique (RCH) traités par infliximab (IFX) à la dose de 5mg/kg/8 semaines, en rémission sans corticoïdes depuis plus de 6 mois et ayant un score endoscopique MAYO de 0 ou 1. La randomisation en deux groupes, arrêt (n=47) ou poursuite de l’IFX (n=48) était stratifiée sur la prise d’un traitement concomitant par immunosuppresseur (IS) et sur le sous-score endoscopique MAYO 0 ou 1.  Le critère de jugement principal était la rémission à la 48ème semaine. Il était atteint chez 80,4 % des patients qui ont poursuivi l’IFX, contre 54,3 % des patients ayant interrompu l’IFX (différence de 26,1 % [95 % CI: 7.7 to 44.5], p = 0.008). Chez 12 patients en rechute, l’IFX a été repris (avec un schéma d’induction S0, S2 et S6) et permis une rémission à 8 semaines de la reprise chez 8 patients, sans réaction allergique.

Commentaires
 

L’essai HAYABUSA est important car nous manquions de données prospectives randomisées d’arrêt des anti-TNF dans la RCH.

 

Les résultats confirment que la désescalade thérapeutique dans la RCH est sanctionnée par un risque élevé de rechute, avec ici près d’un patient sur deux à moins d’un an de l’arrêt de l’IFX. De plus, il faut insister sur la sélection très stricte des patients de cet essai, ce qui incite à être d’autant plus prudent : ils étaient traités par IFX, l’anti-TNF jugé le plus efficace dans la RCH, depuis une moyenne de 3 ans, 60 % en association avec un IS et il s’agissait de la première biothérapie chez tous les sujets. Par ailleurs, ils étaient tous en rémission sans corticoïdes et avec une cicatrisation muqueuse endoscopique. Cette étude a pu manquer de puissance pour identifier des facteurs de risque de rechute. Cependant la profondeur de la cicatrisation endoscopie (MAYO 0 ou 1), ainsi qu’un traitement par IS ou bien une infliximabémie basse à l’arrêt, n’ont pas été identifiés comme facteurs de risques ou protecteurs. En revanche, un taux de CRP élevé et des lésions histologiques inflammatoires (score de Nancy >2) ont été identifiés comme facteurs de risques indépendants de rechute à l’arrêt de l’IFX.

 

Ces résultats soulignent encore une fois l’intérêt de prendre en compte la rémission histologique, en cas de projet de désecalade thérapeutique dans la RCH. On peut regretter dans cette étude l’absence de données concernant la calprotectine fécale. Comme dans d’autres travaux, l’efficacité du retraitement par IFX est élevée et non morbide, mais le recul est très limité. En conclusion, retenons que l’obtention d’une rémission profonde, comprenant une cicatrisation endoscopique, n’est pas une garantie de succès après arrêt d’un anti-TNF dans la RCH et que le taux de rechute est de 50 % à un an. Une décision de désecalade dans la RCH doit donc être murement réfléchie au cas par cas.

Références
 
Titre :

Désescalade dans la RCH en rémission : attention à la marche !

Titre original :

Discontinuation of infliximab in patients with ulcerative colitis in remission (HAYABUSA): a multicentre, open-label, randomised controlled trial

Auteurs :

: Taku Kobayashi, Satoshi Motoya, Shiro Nakamura, Takayuki Yamamoto, Masakazu Nagahori, Shinji Tanaka, Tadakazu Hisamatsu, Fumihito Hirai, Hiroshi Nakase, Kenji Watanabe, Takayuki Matsumoto, Masanori Tanaka, Takayuki Abe, Yasuo Suzuki, Mamoru Watanabe, and Toshifumi Hibi

Source(s) :

Article

Revue :

The Lancet Gastroenterology & Hepatology

Références biblio. :

Lancet Gastroenterol Hepatol. 2021 Jun;6(6):429-437. doi: 10.1016/S2468-1253(21)00062-5

SNFGE.org