Du neuf avec du vieux pour le scoring endoscopique de la maladie de Crohn
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Degré d'innovation
Moyen

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Aurélien AMIOT

Enthousiasme

À la une 29/06/2022

Du neuf avec du vieux pour le scoring endoscopique de la maladie de Crohn

La rémission endoscopique est désormais un objectif à part entière pour la prise en charge de la maladie de Crohn.

 

A ce jour, deux indices ont été validés de façon prospective pour évaluer la sévérité des lésions endoscopiques de la maladie de Crohn : le Crohn’s Disease Endoscopy Index of Severity (CDEIS) développé par le GETAID et le Simple Endoscopic Score for Crohn’s Disease (SES-CD) développé par l’équipe de Louvain. Ces deux scores ont néanmoins des faiblesses. Ces deux indices minimisent l’impact de lésions sévères confinées à 1 ou 2 segments d’iléon ou de côlon. De plus, ces indices ont été construit à partir d’une évaluation subjective de la sévérité endoscopique sans tenir compte de l’impact du score sur l’obtention ultérieure d’une rémission endoscopique. 


Dans cette étude, les auteurs ont réalisé une étude post hoc à partir des données prospectives de trois essais de phase III (EXTEND pour l’adalimumab, CTP13 pour l’infliximab et UNITI pour l’ustekinumab). A partir de 350 patients présentant à l’inclusion un score SES-CD ≥3 et la présence d’ulcération en endoscopie, ils ont appliqué un modèle de régression logistique afin de déterminer la probabilité d’obtenir une rémission endoscopique (SES-CD <3) après 12 mois de traitement, en distinguant l’impact de chaque type de lésion composant le SES-CD et chacun des segments considérés. Une fois fait, ils ont créé un nouvel indice, le modified multiplier of the SES-CD (MM-SES-CD), en pondérant chacun des items du SES-CD par un coefficient correcteur issu de cette régression logistique. Le nouvel indice est présenté ci-dessous.

 

Critère
endoscopique
Présence
d’ulcération
Surface des lésions Surface
ulcérée
Taille des ulcérations Sténose
 
Scoring 0 : Absence
1 : Présence

0 : Absence
1 : <50 %
2 : 50-70 %
3 : >70 %

0 : Absence
1 : <10 %
2 : 10-30 %
3 :  30 %
0 : Absence
1 : <0,5 cm
2 : 0,5-2 cm
3 : >2 cm
0 : Absence
1 : unique, franchissable
2 : multiples, franchissables
3 : non franchissable
Iléon ___   x4 ___   x5 ___   x3 ___   x1 ___   x4
Côlon droit ___   x4 ___   x1 ___   x2 ___   x3 ___   x1
Côlon transverse ___   x4 ___   x1 ___   x1 ___   x1 ___   x1
Côlon gauche ___   x4 ___   x1 ___   x2 ___   x3 ___   x2
Rectum ___   x4 ___   x0,5 ___   x4 ___   x3 ___   x2

 

A partir d’une cohorte de construction et d’une cohorte de validation, le MM-SES-CD avait ainsi une performance diagnostique (AUROC) de 83 % [78 %-94 %] et de 82 % [77 %-92 %] pour prédire la rémission endoscopique à 12 mois d’un traitement par biothérapie en comparaison aux 60 % [55 %-65 %] obtenu avec le SES-CD (p = 0,005). A partir de ces données, il était défini 4 catégories de sévérité du MM-SES-CD en fonction de la probabilité d’obtenir une rémission endoscopique à 12 mois : MM-SES-CD <14 : faible activité ; MM-SES-CD entre 14 et 30 : activité légère ; MM-SES-CD entre 31 et 44 : activité modérée ; MM-SES-CD ≥45 activité sévère. Les probabilités de rémission endoscopique (SES-CD <3) et de rémission clinique (CDAI <150) selon ces catégories sont présentées ci-dessous.
 

MM-SES-CD Rémission endoscopique Rémission clinique
Faible activité (<14) 50,0 % 59,1 %
Activité légère (14-30) 30,3 % 45,9 %
Activité modérée (31-44) 21,7 % 40,2 %
Activité sévère (≥45) 8,8 % 37,7 %

 

En cas d’atteinte iléale isolée, seules 3 catégories étaient proposées : activité légère (MM-SES-CD <14 – 66,7 % de rémission endoscopique à 1 an), activité modérée (MM-SES-CD 14-32 – 33,3 %) et activité sévère (MM-SES-CD ≥33 – 13,3 %).

 

Commentaires
 

S’il convient d’être prudent avec les données d’analyse post hoc d’essais construits pour des objectifs bien différents, cette étude brille néanmoins par sa simplicité et le bienfondé de sa méthodologie.

 

A partir d’un indice simple à calculer, on obtient une prédiction fiable de la rémission clinique et de la rémission endoscopique à 12 mois en fonction de la sévérité de l’endoscopie initiale. Ce nouvel indice permet également de gommer l’écueil des lésions sévères isolées sur 1 ou 2 segments d’iléon ou de côlon. Enfin, ce nouvel indice permet de prendre en considération les différences de cicatrisation entre l’iléon et le côlon. 

 

Comme souvent avec ce type d’étude, il reste beaucoup de questions : que faut-il faire avec les patients présentant une faible probabilité de rémission endoscopique à 12 mois avec un anti-TNF ou l’ustekinumab ? utiliser un autre traitement ? optimiser les doses d’emblée ? utiliser la biothérapie en combothérapie ? L’étude ne le dit pas mais il est concevable qu’une évaluation précoce de l’efficacité du traitement pourrait permettre une optimisation préemptive et une amélioration de la réponse au traitement de nos patients. Les auteurs proposent également un lien pour un site de calcul du MM-SES-CD permettant d’obtenir simultanément la probabilité de rémission endoscopique à 12 mois (https://www.mcmasteribd.com/mm-ses-cd).

Références
 
Titre :

Du neuf avec du vieux pour le scoring endoscopique de la maladie de Crohn

Titre original :

Predicting endoscopic remission in Crohn’s disease by the modified multiplier SES-CD (MM-SES-CD)

Auteurs :

Neeraj Narula, Emily C L Wong, Jean-Frederic Colombel, William J Sandborn, John Kenneth Marshall, Marco Daperno, Walter Reinisch, Parambir S Dulai

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut . 2022 Jun;71(6):1078-1087. doi: 10.1136/gutjnl-2020-323799

Liens utiles
GUT : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
Journal of Crohn's and Colitis, jjac018, https://doi.org/10.1093/ecco-jcc/jjac018
   
SNFGE.org