Enfin, un vrai dépistage du cancer du côlon !
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Diagnostic

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur lointain

Rédacteur
Professeur François MION

Enthousiasme

À la une 20/10/2011

Enfin, un vrai dépistage du cancer du côlon !

Cette étude japonaise démontre l'efficacité potentielle du dépistage du cancer du côlon par l'intermédiaire du flair d'un chien (labrador femelle) spécialement dressé pour détecté l'odeur du cancer...Le chien est dressé à identifier un prélèvement de gaz expirés provenant d'un patient porteur d'un cancer colorectal (CCR), au milieu de 4 prélèvements de sujets contrôles (1 test).

Dans une série de 36 tests, le chien ne s'est trompé que 3 fois: le diagnostic canin a donc une sensibilité de 91% et une spécificité de 97% sur les prélèvements de gaz expirés. Partant de l'hypothèse que les composés odoriférants seraient mieux perçus par le chien dans des milileux biologiques plus proches de la tumeur, les chercheurs ont renouvelés l'expérience à partir de selles liquides obtenus lors d'une préparation pour coloscopie. Et en effet, le chien ne s'est trompé qu'une seule fois sur 38 tests, avec une sensibilité et une spécificité pour le diagnostic de CCR de 99%. Cette précision diagnostique était identique pour les cancers précoces et avancés. Il n'y avait pas de relation significative entre le diagnostic canin et le test hemoccult sur le selles, indiquant que le chien ne détectait pas l'odeur du sang. Le diagnostic était aussi spécifique du cancer, car environ 50% des contrôles étaient porteurs de polypes (mais on ne sait pas s'il s'agit de polypes adénomateux ou hyperplasiques).

Quelques conditions sont cependant nécessaires pour obtenir des résultats aussi spectaculaires: le chien doit être récompensé après chaque bon diagnostic (il a le droit de jouer à la balle), et il ne peut pas réaliser plus de 4 tests par jour. Les tests doivent être réalisés de préférence en hiver, la chaleur de l'été nuisant à la concentration du nez canin.
 
Les auteurs concluent que le dépistage canin du CCR n'est pas très pratique, mais que la détection de composés organiques volatiles liés au cancer est une piste potentielle pour le dépistage du CCR: cette piste est déjà explorée pour le dépistage des cancers du sein et du poumon.
Commentaires
 

Une étude bien dans la tradition de "Gut", très originale mais avec quelques faiblesses méthodologiques. Il existe donc au Japon un "Cancer Sniffing Dog Training Center". Pour ce qui est des milieux biologiques plus proches de la tumeur que les gaz expirés, on s'étonne que les auteurs n'aient pas exploré la piste des flatulences...

Références
 
Titre :

Enfin, un vrai dépistage du cancer du côlon !

URL : Colorectal cancer screening with odour material by canine scent detection
Auteurs :

Sonoda H, Kohnoe S, Yamazato T, et al

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut 2011; 60:814-9

SNFGE.org