Enfin une thérapie ciblée efficace dans le cancer du pancréas
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Recherche clinique

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Eve GELSI

Enthousiasme

À la une 05/11/2019

Enfin une thérapie ciblée efficace dans le cancer du pancréas

Les patients atteints d’un cancer du pancréas métastatique mutés BRCA1 ou 2, constituent un petit sous-groupe parmi les cancers du pancréas. L’olaparib, inhibiteur PARP (poly-ADP-ribose-polymérase) a montré une efficacité dans les cancers de l’ovaire et du poumon, ainsi qu’en  traitement d’entretien (phase 2) dans les cancers du pancréas métastatiques mutés.

 

Il s’agit dans cet article de l’étude POLO, étude randomisée en double aveugle contre placebo de phase 3, qui a pour but d’évaluer l’efficacité de l’olaparib en traitement d’entretien, chez des patients mutés BRCA1 ou 2, dans le cancer du pancréas métastatique, sans progression durant la première ligne de chimiothérapie à base de sels de platine (au moins 16 semaines).

 

Randomisation avec un ratio 3 :1. Le traitement était délivré  en comprimé,  300 mg deux fois par jour, vs placebo. L’objectif principal était la survie sans progression. 3 315 patients ont été sélectionnés, 154 ont finalement été randomisés (92 dans le groupe traité, vs 62 dans le groupe placebo). La médiane de survie sans progression était significativement plus longue dans le groupe olaparib que dans le groupe placebo, 7,4 mois vs 3,8 mois, avec un hazard ratio pour la survie sans progression ou le décès de 0,53 (95 % intervalle de confiance [CI], 0,35 à 0,82; P = 0,004). On ne retrouvait par contre pas de différence en terme de survie globale (18 mois). Deux ans après le début du traitement du cancer, 22,1 % des patients dans le groupe olaparib contre 9,6 % dans le groupe placebo n’avaient pas progressé. On ne retrouvait pas de différence en terme de qualité de vie. Les effets indésirables n’étaient pas plus sévères que ceux retrouvés habituellement dans les chimiothérapies de ce type, et principalement hématologiques.

 

La question posée par ce travail était  : est-ce qu’il y a un intérêt à donner un traitement de maintenance par olaparib, chez les patients mutés BCRA dans le cancer du pancréas métastatique, après stabilité sous traitement de première ligne par platine ?

 

La réponse est oui puisque la survie sans progression était supérieure au placebo sous traitement d’entretien par olaparib.

Commentaires
 

Cette étude est très importante car elle montre l’intérêt d’une stratégie de maintenance dans le cancer du pancréas.

 

En effet l’utilisation des sels de platine en phase d’induction a apporté un réel bénéfice dans ce type de pathologie, mais que faire après un contrôle de la maladie ? Les thérapies ciblées, utilisées en première ligne dans le cancer du pancréas, étaient jusqu’à présent inefficaces. Cette étude est la première à montrer un intérêt des thérapies ciblées en monothérapie, en traitement de maintenance, dans le cancer du pancréas métastatique. Elle soulève tout de même des interrogations, le pourcentage de patients mutés BCRA dans les cancers du pancréas est faible. Doit-on proposer le dépistage génétique systématique ? Comment dépister rapidement les patients pouvant actuellement relever de cette stratégie avec des tests qui ne sont pas faits en routine et encore onéreux ? 

 

Faut-il organiser une filière de dépistage génétique ?

Références
 
Titre :

Enfin une thérapie ciblée efficace dans le cancer du pancréas

Titre original :

Maintenance Olaparib for Germline BRCA-Mutated Metastatic Pancreatic Cancer

Auteurs :

Golan T, Hammel P, Reni M, Van Cutsem E, Macarulla T, Hall MJ, Park JO, Hochhauser D, Arnold D, Oh DY, Reinacher-Schick A, Tortora G, Algül H, O'Reilly EM, McGuinness D, Cui KY, Schlienger K, Locker GY, Kindler HL.

Source(s) :

Article

Revue :

New England Journal of Medicine

Références biblio. :

N Engl J Med. 2019 Jul 25;381(4):317-327. doi: 10.1056/NEJMoa1903387. Epub 2019 Jun 2.

Liens utiles
NEJM : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org