Faut-il vraiment vacciner tous les malades atteints d’hépatite C contre l’hépatite A ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Emile-alexandre PARIENTE

Enthousiasme

À la une 27/09/2012

Faut-il vraiment vacciner tous les malades atteints d’hépatite C contre l’hépatite A ?

Bien que généralement recommandée (après une sérologie vérifiant l’ absence d’ exposition préalable), et même incluse dans les critères de qualité des soins, la vaccination contre l’hépatite A est peu faite chez les malades atteints d’ hépatite C, sans doute parce que les données –contradictoires- sur le risque mortel d’une hépatite aiguë A chez ces malades n’ont pas convaincu.

Une équipe britannique a réalisé une méta-analyse incluant 10 études observationnelles (22.371 malades) : études de cohorte (4), surveillance de population (3), épidémies d’hépatite A (3). L’ Odds ratio pour le risque de mortalité par hépatite A en cas d’hépatite C était de 7,23 (IC 95% : 1,24-42,12) avec une hétérogénéité significative entre les études ; un biais de publication est probable, les études rapportant un excès de mortalité étant publiées sous forme d’ articles, et celles n’en trouvant pas sous forme de lettres…

En faisant l’hypothèse d’un taux d’infection de 5/100.000 par an, d’un taux de vaccination complète de 90% et d’une efficacité de la vaccination de 94%, il faudrait vacciner 23.565 personnes pour éviter un cas d’hépatite A. Le taux de mortalité de l’hépatite A en 2007 aux USA était de 0,2/1.000.000/an. Si le risque de mortalité de l’hépatite A dans l’ hépatite C est multiplié par 7,23, alors il faut vacciner 814.849 malades par an pour prévenir un décès. Le coût du seul vaccin (environ 65 € pour deux injections en France) serait alors de 53 millions € pour éviter un décès…

Commentaires
 

Même si ce travail comporte des approximations successives, on voit bien qu’on est loin d’être coût-efficace en appliquant une vaccination universelle anti VHA aux malades atteints d’hépatite C. Bien sûr il faudrait aussi évaluer le coût en morbidité évitée (arrêt de travail, coût des soins etc..) des hépatites A prévenues par la vaccination, mais cela ne changerait sans doute pas les conclusions. Il est en revanche raisonnable de se focaliser sur les plus à risques (usagers de drogues, SDF, homosexuels, voyageurs en pays d’endémie).

Références
 
Titre :

Faut-il vraiment vacciner tous les malades atteints d’hépatite C contre l’hépatite A ?

Titre original :

Hepatitis A virus vaccination in persons with hepatitis c virus infection: consequences of quality measure implementation

Auteurs :

Rowe IA, et al

Source(s) :

Article

Revue :

Hepatology

Références biblio. :

Hepatology 2012 ;56 :501-6

SNFGE.org