Fumer augmente le risque d'adénome colorectal chez les sujets porteurs d'un syndrome de Lynch
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Jean-Christophe SAURIN

Enthousiasme

À la une 29/03/2012

Fumer augmente le risque d'adénome colorectal chez les sujets porteurs d'un syndrome de Lynch

Cet article évalue le caractère aggravant d’un tabagisme actif dans la survenue de néoplasies colorectales au cours de la maladie de Lynch. Il s’agit d’une cohorte néerlandaise (GeoLynch) prospective de 386 patients tous bien identifiés par la présence d’une mutation de l’un des quatre gènes de réparation de l’ADN. Sur un suivi médian de 10 mois, 58 (15 %) patients développaient au moins 1 adénome colorectal (le nombre, la taille et le degré de dysplasie n’étaient pas précisés). Les fumeurs actifs présentaient un risque relatif élevé (hazard ratio de 6.13) de développement d’adénome, les anciens fumeurs un risque relatif moins élevé (hazard ratio 3.03). Une association existait entre le nombre cumulé de paquets-année et le risque de développement d’adénomes. Il existait aussi une tendance à une synergie adénome-alcool sur le risque de développer un adénome, non significative dans cette série. La fréquence des cancers et des adénomes avancés dans cette cohorte n’était pas précisée dans l’article.

Commentaires
 

Le rôle favorisant du tabac dans la survenue d’adénomes colorectaux sporadiques est bien documenté. L’association entre tabagisme et risque augmenté de cancer colorectal a été bien plus difficile à démontrer, mais semble claire en particulier avec le sous-groupe des cancers ayant une instabilité des microsatellites. Le tabac pourrait favoriser la méthylation du promoteur du gène MLH1, ce qui stoppe l’expression du gène. Ce mécanisme explique les cancers sporadiques avec instabilité des microsatellites (15 % des cancers colorectaux), et pourrait expliquer l’effet délétère dans la maladie de Lynch. Cette étude de cohorte a l’intérêt de démontrer…ce qui pourrait paraître une évidence : la présence d’un carcinogène exogène ne fait pas bon ménage avec une anomalie génétique germinale prédisposant au cancer. Et cela nous donne d’excellents arguments pour dissuader nos patients Lynch de fumer. Il sera difficile, pour des raisons statistiques liées au nombre de patients, de démontrer dans la maladie de Lynch un lien entre tabac et cancer colorectal (suggéré par 2 études rétrospectives), entre tabac et cancer de vessie (l’adénocarcinome urothélial appartient au spectre du syndrome de Lynch), mais cela semble évidemment probable.

Références
 
Titre :

Fumer augmente le risque d'adénome colorectal chez les sujets porteurs d'un syndrome de Lynch

URL : Smoking Increases the Risk for Colorectal Adenomas in Patients With Lynch Syndrome
Auteurs :

Winkels R-M, Botma A, Van Dujnhoven F, Nagengast F-M, Kleibeuker J-H, Vasen H, Kampman E

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2012, 142, 241

SNFGE.org