Intérêt de l’alcoolisation sous échoendoscopie des kystes mucineux pancréatiques ?
SNFGE SNFGE
 
Domaine concerné :
Thérapeutique
Degré d’innovation :
Moyen
Avancement :
Recherche clinique
Impact patient :
Impact soin :
Moyen
Intérêt :
arrivée dans la pratique :
Futur proche
 
 
rédacteur :
Docteur Marine CAMUS DUBOC
enthousiasme :
 
 
16/01/2018
 
  Sujet :  
 
  Intérêt de l’alcoolisation sous échoendoscopie des kystes mucineux pancréatiques ?  
 
 

La chimioablation des kystes pancréatiques mucineux, guidée par échoendoscopie, par injection d'éthanol et de paclitaxel semble être une approche thérapeutique innovante et prometteuse (taux d’ablation complète de 50 à 79% selon la littérature, Oh et al Gastrointestinal Endoscopy 2008 & DeWitt et al Endoscopy 2014). Cependant, un taux de complications de 3% à 10%, vraisemblablement lié à l'utilisation d'éthanol, demeure préoccupant. Cette étude a cherché à déterminer si l’alcoolisation du kyste est indispensable avant l’injection de la chimiothérapie dans le kyste, et si l’élimination de l’alcoolisation du processus d'ablation améliore les taux de complications et si un cocktail chimiothérapeutique multi-agents (gemcitabine+placlitaxel) peut augmenter le taux d’ablation complète du kyste par rapport aux résultats d'essais antérieurs (placlitaxel seul).

Les auteurs ont mené un essai monocentrique, prospectif, en double aveugle sur 39 patients atteints de kystes pancréatiques mucineux (27 TIPMP, 9 cystadénomes mucineux, et 3 lésions mucineuses de nature indéterminée [ACE>400 et liquide mucoïde de nature épithélial à la ponction]). Les patients étaient randomisés soit dans le groupe contrôle : (placlitaxel + gemcitabine + solution saline), soit dans le groupe éthanol (placlitaxel + gemcitabine + ethanol). 

Les principaux objectifs étaient le taux d'ablation complète 12 mois après la procédure, et le taux d'événements indésirables graves et mineurs dans les 30 jours suivants la procédure.

L’éthanol n’apportait pas d’augmentation du taux d’ablation des kystes mucineux : 67% d’ablation complète à 12 mois dans le groupe contrôle vs. 61% dans le groupe éthanol, et augmentait significativement le taux de complications graves (6%-pancréatite aiguë) et mineures (22%-douleurs abdominales) (p=0,01). 

 
 
Commentaires
 
 

Il est clair dans cet essai randomisé que l’injection d’éthanol n’apporte aucun bénéfice et est même délétère, sous réserve d’un faible effectif de patients dans chaque groupe. Aucun effet secondaire n’est rapporté dans le groupe contrôle en comparaison au groupe éthanol.

Le taux de résection complète des kystes mucineux par injection intrapancréatique par placlitaxel + gemcitabine était de 67%, similaire au 50 à 70% de résection complète rapportée dans la littérature avec le placlitaxel seul. On regrette qu’il n’y ait pas eu de groupe placlitaxel seul, et que la comparaison ne soit qu’historique par rapport à des séries précédentes, ce qui nous aurait apporté une information supplémentaire solide sur l’intérêt d’associer la gemcitabine au placlitaxel (non démontré antérieurement). D’autres essais seront nécessaires pour déterminer la meilleure combinaison de chimiothérapie.

Une seule séance était possible dans ce protocole, il est probable que la réalisation de plusieurs séances, pourrait améliorer le taux d’ablation complète.

On voit que le traitement local des lésions pancréatiques par échoendoscopie est un sujet actuel, avec ici une modalité chimique de destruction pour les kystes mucineux. Une modalité physique, la radiofréquence guidée par échoendoscopie suscite également un grand intérêt dans le traitement des TIPMP et des tumeurs endocrines pancréatiques, avec une étude française présentée à l’UEGW 2017, ayant montrée sa faisabilité et des résultats encourageants en termes d’efficacité.

 
 
  Références :  
 
Titre :   Intérêt de l’alcoolisation sous échoendoscopie des kystes mucineux pancréatiques ?
Titre original :   The Safety and Efficacy of an Alcohol-Free Pancreatic Cyst Ablation Protocol
Auteurs :   Moyer MT et al
Source :   Article
Revue :   Gastroenterology
Références biblio. :   Gastroenterology. 2017 Nov;153(5):1295-1303
 
     
     
  GastroScoop est un service de la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie www.snfge.org