KEYNOTE-590 : le pembrolizumab s'impose en association à la chimiothérapie en 1e ligne des cancers avancés de l'œsophage
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Validé

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Astrid LIÈVRE

Enthousiasme

À la une 22/12/2021

KEYNOTE-590 : le pembrolizumab s'impose en association à la chimiothérapie en 1e ligne des cancers avancés de l'œsophage

L’étude KEYNOTE-590 est une étude de phase 3 internationale qui a évalué l’ajout d’un anticorps anti-PD-L1, le pembrolizumab à une chimiothérapie cytotoxique de référence en première ligne de traitement des cancers, carcinomes épidermoïdes (CE) ou adénocarcinomes (ADK), avancés de l’œsophage ou de la jonction œso-gastrique.

 

Au total, 749 patients (hommes 83 %, CE 73 %) ont été randomisés pour recevoir une chimiothérapie par 5FU-Cisplatine (5-FU 800 mg/m² IV J1-5 et Cisplatine 80 mg/m² J1 toutes les 3 semaines) associée au pembrolizumab (200 mg IV toutes les 3 semaines) ou à un placebo, avec pour objectif principal la survie globale chez les patients avec CE et un score d’expression intra-tumorale PD-L1 CPS ≥ 10, ainsi que la survie globale et la survie sans progression chez les patients avec CE, avec PD-L1 CPS ≥ 10 et chez tous les patients randomisés.

 

A la première analyse intermédiaire, après un suivi médian de 22,6 mois, les résultats sont en faveur du bras pembrolizumab dans tous les groupes de patients pré-spécifiés :

  • Bénéfice en termes de survie globale chez les patients avec CE et CPS ≥ 10 (médiane de 13,9 vs 8,8 mois ; HR 0,57; IC95% : 0,43-0,75; p < 0,0001), chez ceux avec CE (12,6 vs 9,8 mois ; HR 0,72; p = 0,0006), chez ceux avec PD-L1 CPS ≥ 10 (13,5 vs 9,4 mois; HR 0,62; p < 0,0001) et chez l’ensemble des patients randomisés (12,4 vs 9,8 mois; HR 0,73; p < 0,0001).
  • Bénéfice en termes de survie sans progression chez tous les patients avec CE (6,3 vs 5,8 mois ; HR 0,65 ; p<0,0001), chez ceux avec PD-L1 CPS ≥ 10 (7,5 vs 5,5 mois; HR 0,51 ; p<0,0001) et chez tous les patients randomisés, quel que soit l’histologie et le niveau d’expression de PD-L1 (6,3 vs 5,8 mois; 0,65 ; p<0,0001)
  • Bénéfice en termes de taux de réponse : 45,0 % vs 29,3 % (p < 0,0001) dans la population globale.

La tolérance était tout à fait acceptable, sans majoration significative des effets secondaires ≥ grade 3 (72 % avec pembrolizumab vs 68 % avec le placebo), ni des interruptions de traitement pour cause de toxicité (respectivement de 19 % vs 12 %).

 

 

Commentaires
 

La chimiothérapie par 5-FU et sel de platine était jusqu’à présent le traitement de première ligne de référence des cancers avancés de l’œsophage et de la jonction œsogastrique. L’étude KEYNOTE-590 impose donc le pembrolizumab, associé à cette combinaison de chimiothérapie, comme le nouveau standard de première ligne des cancers de l’œsophage localement avancés non résécables ou métastatiques surexprimant PD-L1 avec un CPS ≥ 10, et ceci quel que soit l’histologie.

 

Suite à cette étude, le pembrolizumab a obtenu l’AMM européenne dans cette indication mais l’HAS n’a pour l’instant pas autorisé son remboursement, ce qui va donc en limiter l’accès puisque sa prescription reste à la charge des établissements de santé.

 

En cas de CE et de PD-L1 CPS ≥10, l’effet du prembrolizumab était maximal dans l’étude KEYNOTE-590. Plusieurs autres études de phase 3 dédiées aux CE ont depuis montré un bénéfice significatif et constant de l’ajout d’un anticorps anti-PDL1 (nivolumab, camrelizumab, toripalimab et sintilimab) à une chimiothérapie de première ligne (essais ChekMate-648, ESCORT 1st, JUPITER-6 et ORIENT-15) dans cette histologie qui constitue indéniablement le sous-groupe tirant le plus du bénéfice de l’immunothérapie.

Références
 
Titre :

KEYNOTE-590 : le pembrolizumab s'impose en association à la chimiothérapie en 1e ligne des cancers avancés de l'œsophage

Titre original :

Pembrolizumab plus chemotherapy versus chemotherapy alone for first-line treatment of advanced oesophageal cancer (KEYNOTE-590): a randomised, placebo-controlled, phase 3 study

Auteurs :

Sun JM, Shen L, Shah MA, Enzinger P, Adenis A, Doi T, Kojima T, Metges JP, Li Z, Kim SB, Cho BC, Mansoor W, Li SH, Sunpaweravong P, Maqueda MA, Goekkurt E, Hara H, Antunes L, Fountzilas C, Tsuji A, Oliden VC, Liu Q, Shah S, Bhagia P, Kato K; KEYNOTE-590 Investigators

Source(s) :

Article

Revue :

The Lancet

Références biblio. :

Lancet. 2021 Aug 28;398(10302):759-771

Liens utiles
Lancet : accès au texte intégral via rubrique Revues en ligne du site SNFGE pour membres SNFGE à jour de cotisations
   
SNFGE.org