La contraception et l’hormonothérapie substitutive protègent-elles contre le cancer colo rectal ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Prévention

Degré d'innovation
Moyen

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Michel GREFF

Enthousiasme

À la une 28/04/2011

La contraception et l’hormonothérapie substitutive protègent-elles contre le cancer colo rectal ?

La population étudiée comprend 443 femmes chez lesquelles a été diagnostiqué entre mai 2001 et septembre 2006, un cancer invasif du sigmoide et du rectum.

L’âge moyen est de 40 -80 ans.
 
Le groupe contrôle comprend 405 femmes en bonne santé et appariés pour l’âge et l’ethnie.
 
L’ensemble des personnes de l’étude a été interrogé personnellement sur la durée de l’hormonothérapie, la contraception orale, les antécédents obstétricaux, la durée des périodes menstruelles, la ménopause, l’activité physique et la prise de viande rouge.
 
Les femmes ayant pris une hormonothérapie de substitution ont un risque diminué d’apparition du cancer colo-rectal distal. L’odds ratio est à 0.52 et il augmente avec la durée de la prescription de l’hormonothérapie.
 
En revanche, l’introduction d’une contraception hormonale a une moindre influence sur l’apparition d’un cancer colo rectal et quelque soit la durée de prescription (odds ratio 0.95).
 
Dans le sous groupe des personnes d’âge supérieur à 70 ans, il n’a pas été retrouvé de modification du risque de cancer colo-rectal. Ceci est attribué à une contraception avant 1976 sous forme d’une contraception avec oestro-progestatifs hautement dosés.
Commentaires
 

L’incidence du cancer colo-rectal distal est plus faible chez la femme que chez l’homme. Une influence protectrice des hormones féminines est envisagée. Cette étude semble montrer que l’hormonothérapie substitutive diminue le risque d’apparition du cancer colo-rectal, et que cela peut-être attribué au faible dosage des posologies prescrites. En revanche, la contraception hormonale ne modifie pas l’incidence du cancer colo rectal chez la femme. Il est également à mentionner, l’élévation de l’incidence du cancer colo rectal distal chez les femmes, depuis 2002, année de diminution de prescription de l’hormonothérapie, réduite de moitié. Cette étude confirme les données de la cohorte des enseignantes californiennes (58000 femmes), avec un RR de CCR à 0,64 quand l'hormonothérapie substitutive était prise.

Références
 
Titre :

La contraception et l’hormonothérapie substitutive protègent-elles contre le cancer colo rectal ?

URL : Hormone Replacement Therapy, Oral Contraceptive Use, and Distal Large Bowel Cancer: A Population-Based Case–Control Study
Auteurs :

Long M-D, Martin C-F, Galanko J-A

Source(s) :

Article

Revue :

American Journal of Gastroenterology

Références biblio. :

Am J Gastroenterol 2010 ; 105 : 1843 – 1850

Liens utiles
Menopausal hormone therapy use and risk of invasive colon cancer: the California Teachers StudyMenopausal hormone therapy use an
   
SNFGE.org