La fundoplicature transorale endoscopique pour le traitement du RGO : enfin la bonne technique ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Avancement
Stade préclinique

Impact patient

Impact soin
Important

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Professeur Frank ZERBIB

Enthousiasme

À la une 28/03/2015

La fundoplicature transorale endoscopique pour le traitement du RGO : enfin la bonne technique ?

Les auteurs de cette étude ont mené une étude randomisée comparant la fundoplicature transorale endoscopique (FTE) à une procédure fictive pour le traitement du reflux persistant sous IPP. Les patients inclus avaient des régurgitations persistantes sous IPP, un reflux documenté en pHmétrie Bravo°. La présence d'une hernie hiatale de plus de 2 cm, un œsophage de Barrett, des troubles moteurs œsophagiens, une obésité (IMC > 35) ou une gastroparésie représentaient les principaux critères d'exclusion. Au total, 129 patients ont été randomisés, 87 dans le bras FTE + placebo et 42 dans le bras procédure fictive + IPP (omeprazole 40 mg). Le critère de jugement principal était la disparition des régurgitations "gênantes" selon la définition de Montréal, à savoir au maximum 2 à 3 épisodes de régurgitations légères par semaine. Ce critère était obtenu chez 67% des patients avec la FTE contre 45% chez les patients ayant eu la procédure fictive et les IPP. Les autres évaluations symptomatiques (avec le score RDQ en particulier) ne montraient pas de différence entre les 2 groupes. Les patients du groupe FTE avaient une réduction significative de l'exposition acide de l'oesophage en pHmétrie, contrairement aux patients du groupe témoin. Les symptômes tels que la dysphagie et les ballonnements étaient améliorés dans les 2 groupes de traitement, témoignant de la bonne tolérance de la procédure. Enfin aucune complication sévère n'a été observée dans cette étude.

Commentaires
 

Le traitement endoscopique du reflux gastro-oesophagien a été la grande mode de la fin des années 90 et du début des années 2000. Injections de polymères, sutures endoscopiques, plicature endoscopique et radiofréquence ont été successivement abandonnées pour manque de résultats ou complications graves. Les principaux intérêts de cette étude sont les suivants :

1/ l'inclusion de patients avec symptômes persistants sous IPP alors que beaucoup d'études dans ce domaine ont inclus des patients bien contrôlés dans le but d'arrêter leur traitement.

2i/ le fait qu'il s'agisse d'une étude contrôlée avec un bras comprenant une procédure fictive est essentiel. Beaucoup de techniques antérieures ont "survécu" jusqu'à la publication d'une étude contrôlée qui anéantissait tous les espoirs issus des études ouvertes.

3/ enfin, il s'agit d'une technique qui semble sûre, avec peu de complications et d'effets secondaires.

Néanmoins, il ne faut pas crier victoire trop vite. Le seul résultat significatif concerne la fréquence et la sévérité des régurgitations persistantes sous IPP, situation dans laquelle la funcoplicature chirurgicale donne de bons résultats. Les résultats en termes de contrôle du reflux en pHmétrie ne sont pas extraordinaires, mais ce point peut être considéré comme non pertinent cliniquement. Enfin et surtout, les résultats ne sont disponibles qu'à 6 mois et on sait que d'autres techniques endoscopiques telles que les sutures ont fait long feu en raison de la dégradation des résultats obtenus au cours de la première année de suivi. Ces résultats sont donc encourageants mais méritent d'être confirmés avec des suivis prolongés.

Références
 
Titre :

La fundoplicature transorale endoscopique pour le traitement du RGO : Enfin la bonne technique ?

Titre original :

Efficacy of Transoral Fundoplication vs Omeprazole for Treatment of Regurgitation in a Randomized Controlled Trial.

Auteurs :

John G. Hunter et al.

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2015;148:324–333.

SNFGE.org