L'aspirine est aussi un traitement adjuvant du cancer colorectal
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Professeur Robert BENAMOUZIG

Enthousiasme

À la une 14/11/2012

L'aspirine est aussi un traitement adjuvant du cancer colorectal

La consommation régulière d’aspirine est associée à une diminution de la survenue de cancer colo-rectal et des adénomes colo-rectaux. Plus récemment différents travaux ont mis en évidence une amélioration de la survie chez les patients présentant un cancer colo-rectal traités par aspirine. Le travail mené par l’équipe d’Harvard a concerné 964 patients ayant participé à la cohorte des infirmières nord-américaines recrutées en 1978 – 121700 sujets) ou à la cohorte des professionnels de santé (51 500 hommes recrutés en 1986). L’information concernant la fréquence et la durée de la consommation d’aspirine étaient notées lors des questionnaires bi-annuels adressés systématiquement aux participants de ces cohortes. L’ADN du matériel tumoral conservé en paraffine a été extrait afin de rechercher des mutations de la PIK3CA. L’exposition à l’aspirine après la diagnostic de cancer colo-rectal était associée à une amélioration significative de la survie globale dans le groupe présentant une mutation de la PIK3CA tandis qu’aucune amélioration n’était observée dans le groupe sans mutation de cette kinase. Cet effet protecteur était très important avec un HR de 0,18 (intervalle de confiance de 0,06 à 0,61). Il était à noter que dans une analyse exploratoire additionnelle l’effet protecteur semblait d’autant plus important que les patients avaient à la fois la mutation de cette kinase et une expression forte de la cyclo-oxygénase de type 2 qui avait été préalablement évaluée et dont la caractère prédictif de la réponse à l’aspirine avait été montré dans cette cohorte.

Commentaires
 

Ces résultats confirment l’intérêt de l’aspirine chez les patients atteints d’un cancer colo-rectal au moins pour les stade 1 à 3 (nombre de sujets présentant un stade 4 faible dans cette série). Cet effet semble uniquement observé chez les patients présentant un profil particulier : mutation de la PIK3CA. Le rôle du traitement par aspirine préalable à la survenue du cancer reste à caractériser. Un traitement préalable pourrait avoir sélectionné des tumeurs à profil moins agressif. Il s’agit d’un facteur de confusion potentiel qui reste à éliminer. La recherche de PIK3CA est techniquement facile. La confirmation de ce résultat sur une autre série et la caractérisation du rôle respectif du traitement pré et post-diagnostric de cancer colo-rectal par aspirine permettront probablement de positionner l’aspirine comme une des drogues les plus efficaces en situation adjuvante chez les patients présentant un profil particulier.

Références
 
Titre :

L'aspirine est aussi un traitement adjuvant du cancer colorectal

Titre original :

Aspirin use, tumor PIK3CA and colorectal cancer survival

Auteurs :

Lia, et al

Source(s) :

Article

Revue :

New England Journal of Medicine

Références biblio. :

N Engl J med 2012; 17 : 1596-1606

SNFGE.org