Le café, un facteur protecteur vis-à-vis de la formation la fibrose dans les stéatohépatites métaboliques ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Professeur Dominique LARREY

Enthousiasme

À la une 02/05/2012

Le café, un facteur protecteur vis-à-vis de la formation la fibrose dans les stéatohépatites métaboliques ?

Cette étude a porté sur 400 patients âgés de 18 à 70 ans recrutés à partir d’un registre américain. Les patients ont été stratifiés suivant les résultats de la biopsie hépatique de la façon suivante : contrôle sans stéatose en échographie, stéatose pure, NASH avec fibrose limitée et NASH avec fibrose plus sévère selon la classification de Brunt. Toutes les biopsies ont été revues par un expert anatomopatologiste. La consommation de café a été évaluée à partir d’un questionnaire validé. Le questionnaire comprenait l’analyse de la source de la caféine, la quantité consommée au moment de la période d’évaluation c'est-à-dire la biopsie. Une interview des patients a été organisée par voie téléphonique sur leur consommation de produits contenant de la caféine. Les produits contenant du café comprenaient le café « classique », le coca-cola, le thé noir, le thé vert, les thés chinois, des boissons contenant spécifiquement de la caféine ou des comprimés de caféine eux-mêmes. L’étude a été faite sur un an entre mars 2010 et mars 2011. Finalement, 306 patients âgés en moyenne de 53 ans ont complété le questionnaire dont 150 femmes. L’indice de masse corporelle était en moyenne de 30,6 kg/m2. La consommation de caféine quotidienne d’origine alimentaire ou par des boissons, variait de 0 à 1 100 mg avec une moyenne de 288 mg par jour. La consommation moyenne de caféine d’origine de café variait de 0 à 820 mg par jour.
Le rapport entre la quantité totale de caféine consommée et celle de caféine de café (CC) était variable entre les groupes de patients. 

Globalement, chez les patients sans fibrose sigificative, l’origine de la caféine était le café classique dans 57,5 % des cas, alors que chez les personnes avec fibrose avancée ce pourcentage était réduit à 35,9 % (P=0,041).

La comparaison des patients avec stéatose sans NASH versus ceux avec NASH avec fibrose limitée, montrait une différence significative dans la consommation plus importante de caféine de café (P=0,005). De même, la comparaison entre les patients avec NASH à fibrose limitée et NASH avec fibrose marquée, révélait le même type de différence (P=0,0016). Il existait une corrélation négative (Spearman’s rank) entre la consommation de caféine de café et le degré de fibrose (r= -0,215 ; P=0,035).
 
La source de la caféine consommée joue un rôle important.
Commentaires
 

Depuis longtemps, est répandue l’idée que la consommation régulière de café pourrait constituer un facteur relativement protecteur dans les maladies alcooliques du foie. Ceci a été soutenu par la notion d’une association entre la consommation de café et une diminution des anomalies des enzymes hépatiques, d’une réduction du nombre d’hospitalisations et de la mortalité principalement chez les cirrhotiques alcooliques et même dans la cirrhose pris dans un sens général. Toutefois, jusqu’à récemment, café et niveau de fibrose n’avaient pas pu être corrélées dans l’hépatite C. Aujourd'hui, dans cette maladie, des corrélations ont pu être établies entre la consommation de café et l’observation d'une moindre fibrose sur plusieurs travaux récents. Il était donc logique de s’interroger sur le même phénomène dans d’autres pathologies génératrices de fibrose comme la stéato-hépatite métabolique (NASH). C’est à cette question que se sont adressés Molloy et collaborateurs avec en plus une analyse selon l’origine de la caféine ingérée. L'origine de la caféine s'est révélée fondamentale. Ce travail montre que la caféine provenant de la consommation de café est bien associée à une réduction significative du risque de développement de fibrose chez les patients atteints de stéatohépatite métabolique.

Références
 
Titre :

Le café, un facteur protecteur vis-à-vis de la formation la fibrose dans les stéatohépatites métaboliques ?

URL : Association of coffee and caffeine consumption with fatty liver disease, nonalcoholic steatohepatitis and degree of hepatic fibrosis
Auteurs :

Molloy J-W, Calcagno C-J, Williams C-D, Jones F-J, Torres D-M, Harrison S-A

Source(s) :

Article

Revue :

Hepatology

Références biblio. :

Hepatology 2012 ; 55 : 429-436

SNFGE.org