Le score SMSA : un nouvel outil pour estimer le niveau de difficulté (et le temps nécessaire) pour réséquer un polype colique
SNFGE SNFGE
 
Domaine concerné :
Thérapeutique
Degré d’innovation :
Moyen
Avancement :
Faisabilité technique
Impact patient :
Impact soin :
Important
Intérêt :
arrivée dans la pratique :
Immédiat
 
 
rédacteur :
Professeur Emmanuel CORON
enthousiasme :
 
 
31/10/2018
 
  Sujet :  
 
  Le score SMSA : un nouvel outil pour estimer le niveau de difficulté (et le temps nécessaire) pour réséquer un polype colique  
 
 

La mucosectomie est globalement plus simple, plus efficace, plus sûre et moins chère que la chirurgie pour la résection des lésions à extension latérales (‘laterally spreading lesions’ ou LSLs) de plus de 20 mm. Cependant, la difficulté technique de la procédure endoscopique, son risque de complications et le résultat clinique varient considérablement selon la situation rencontrée. Historiquement, la taille de la lésion était le seul critère pris en compte pour évaluer sa résécabilité et tenter de prédire le résultat. Récemment, un consensus d’experts a défini un score appelé SMSA (Size, Morphology, Access, Site) pour évaluer les polypes et déterminer le degré de difficulté de la future mucosectomie.

L’étude Sidhu et al. a évalué les performances du score SMSA de façon rétrospective, à partir de données collectées prospectivement dans 7 centres australiens. Les items permettant de calculer le score sont représentés dans le tableau 1. Selon le nombre de points, la mucosectomie était prévue comme étant très facile (SMSA 1), facile, (SMSA 2), moyennement difficile (SMSA 3) ou très difficile (SMSA 4). La technique de mucosectomie était standardisée afin de limiter les biais. La durée de procédure de résection était calculée à partir du premier fragment réséqué à l’anse. Un suivi entre 4 et 6 mois était réalisé afin de déterminer le nombre de récidives.

Au total, 2675 lésions étaient réséquées chez 2675 patients (âge moyen 67 ans, 53% de sujets masculins). La taille moyenne des lésions était de 35mm. Aucune lésion n’était pédiculée ou classée SMSA 1. Plus de la moitié des lésions était classée SMSA 4. L’échec de la mucosectomie en un temps survenait dans 4,6% des cas et était efficacement prédit par le score SMSA (p<0,001). Les saignements per-procédure et cliniquement significatifs étaient moins fréquents pour les lésions classées SMSA 2 (odds ratio 0,36 et 0,23) et SMSA 3 (odds ratio 0,41 et 0,60) comparativement aux lésions classées SMSA 4. Enfin, la récidive adénomateuse endoscopique était moins probable pour les lésions classées SMSA 2 (odds ratio 0,19) et SMSA 3 (odds ratio 0,33) comparativement aux lésions classées SMSA 4. En effet, ce risque de récidive était respectivement de 5,5%, 9,2% et 23,5% pour les lésions classées SMSA 2, 3 et 4. De façon intéressante, les auteurs rapportent que le temps moins de mucosectomie était de 10 min, 15 min et 30 min pour les lésions classées SMSA 2, 3 et 4.

 

Tableau 1: Score SMSA

Taille

Points

Morphologie

Points

Site

Points

Accès

Points

< 1 cm

1

Pédiculé

1

Côlon
gauche

1

Facile

1

1-1,9 cm

3

Sessile

2

Côlon
droit

2

Difficile

2

2-2,9 cm

5

Plan

3

 

 

 

 

3-3,9 cm

7

 

 

 

 

 

 

> 4 cm 

9

 

 

 

 

 

 

4-5 points = score SMSA1
6-9 points = score SMSA 2
10-12 points = score SMSA 3
>12 points = score SMSA 4

 

 
 
Commentaires
 
 

Cette étude aborde deux problématiques cliniques extrêmement fréquentes, à savoir 1) la capacité d’un endoscopiste à pouvoir efficacement traiter les polypes du côlon et 2) la programmation des créneaux d’anesthésie générale alloués pour la procédure, lorsque la lésion est déjà connue. Le score SMSA a été proposé en 2013 à partir d’un consensus d’experts utilisant la méthode Delphi. Son but essentiel est de pouvoir stratifier le niveau de difficulté d’une polypectomie à partir d’un compte-rendu d’endoscopie détaillé et adressé à un endoscopiste chargé d’effectuer la résection. Il est également possible de l’envisager comme un outil d’allocation des ressources médicales et de bloc opératoire, ou d’évaluation du niveau d’expertise d’un endoscopiste. 

Cette étude confirme les résultats intéressants des 2 précédentes études de validation du score. Elle est intéressante car basée sur un effectif très important de patients et une équipe avec une expérience très solide en la matière. On peut cependant critiquer certaines limites du score, qui se veut objectif mais comporte plusieurs variables éminemment  subjectives, comme l’évaluation de la taille de la lésion ou la facilité d’accès (qui varie bien sûr considérablement selon l’habileté de l’endoscopiste). De plus, il ne prend pas en compte certains critères reconnus de difficulté de la résection, comme la réalisation de nombreuses biopsies au préalable voire de tentative précédente de mucosectomie, le caractère parfaitement plan ou déprimé de la lésion, ou encore le type de LSL (granulaire ou non granulaire). Dans ce contexte, on peut se poser la question de faire évoluer le score SMSA en ajoutant ces différents paramètres.

Néanmoins, il faut avouer que son caractère extrêmement simple est séduisant pour sa mise en pratique clinique immédiate. Une étude prospective multicentrique française serait intéressante à mettre en place dans ce contexte, ce d’autant que peu d’études ont été réalisées jusqu’à présent avec ce score. 

 

 
 
  Références :  
 
Titre :   Le score SMSA : un nouvel outil pour estimer le niveau de difficulté (et le temps nécessaire) pour réséquer un polype colique
Titre original :   The size, morphology, site, and access score predicts critical outcomes of endoscopic mucosal resection in the colon
Auteurs :   Sidhu M,  Tate DJ,  Desomer L,  Brown G,  Hourigan LF,  Lee EYT,  Moss A,  Raftopoulos S,  Singh R,  Williams SJ,  Zanati S,  Burgess N,  Bourke MJ
Source :   Article
Revue :   Endoscopy
Références biblio. :   Endoscopy. 2018 Jul;50(7):684-692. doi: 10.1055/s-0043-124081. Epub 2018 Jan 25
 
     
     
  GastroScoop est un service de la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie www.snfge.org