Les IPP favorisent-ils l'infection d'ascite ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Important

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Immédiat

Rédacteur
Docteur Emile-alexandre PARIENTE

Enthousiasme

À la une 26/04/2012

Les IPP favorisent-ils l'infection d'ascite ?

Dans cette étude cas-témoin rétrospective conduite à Cleveland, 65 malades cirrhotiques hospitalisés avec une infection d’ ascite (> 250 polynucléaires neutrophiles /µL) sans hémorragie digestive récente, immunosuppression thérapeutique ou virale, furent comparés à 65 malades appariés sur le score de Child-Pugh. Les deux groupes étaient comparables pour l’ensemble des variables étudiées, incluant la prise d’antibiotiques. Cinquante-et-un (78,5%) des malades avec infection d’ascite avaient pris des IPP dont 46 (71%) dans les 7 derniers jours et 5 (8%) dans les 3 derniers mois mais pas les 7 derniers jours, contre respectivement 40 (61,5%), 27 (41,5%) et 13 (20%) des malades sans infection d’ascite (p< 0,003). En analyse multivariée ajustée sur le score de Child-Pugh, les malades n’ayant pas pris d’ IPP avaient une réduction significative du risque d’infection d'ascite (OR 0,29, IC 95% 0,13-0,68). Le risque d’infection d'ascite augmentait également avec le score de Child-Pugh (1,3 fois par unité). Les germes isolés chez les malades avec et sans IPP étaient les mêmes. Il n’y avait pas d’indication reconnue aux IPP dans ¾ des cas.

Commentaires
 

La prise d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) est associée à l'augmentation du risque d'infection intestinale incluant les infections à C. difficile. On peut concevoir que l'hypochlorhydrie favorise la colonisation bactérienne du grêle, et donc augmente la translocation bactérienne qui est sans doute le fait premier des infections "entéro-péritonéales" de la cirrhose. Ce travail est concordant avec 3 des 4 études cas-témoins rétrospectives sur le sujet, où l’augmentation de risque d’infection d’ascite associée à la prise d’IPP allait jusqu’à un quadruplement. Il invite, en attendant une étude prospective à grand effectif, à limiter la prescription d’IPP chez les malades atteints de cirrhose à ses strictes indications. Compte tenu du rôle délétère potentiel de la pullulation microbienne intestinale sur les lésions hépatiques elles mêmes dans les hépatopathies stéatosiques alcooliques et non alcooliques, on peut aussi se demander s'il ne faudrait pas être plus largement attentifs aux prescriptions d' IPP...

Références
 
Titre :

Les IPP favorisent-ils l'infection d'ascite ?

URL : Increased Rate of Spontaneous Bacterial Peritonitis Among Cirrhotic Patients Receiving Pharmacologic Acid Suppression
Auteurs :

Goel G-A, Deshpande A, Lopez R, et al

Source(s) :

Article

Revue :

Clinical Gastroenteroly and Hepatology

Références biblio. :

Clin Gastroenterol Hepatol 2012;10:422

SNFGE.org