Les polyposes festonnées : une situation clinique de plus en plus fréquente
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Diagnostic

Degré d'innovation
Moyen

Impact patient

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Confirmation

Rédacteur
Professeur Jean-Christophe SAURIN

Enthousiasme

À la une 23/11/2012

Les polyposes festonnées : une situation clinique de plus en plus fréquente

Cette équipe Barcelonaise a identifié une fréquence élevée des polyposes festonnées dans une cohorte de patients positifs pour un test immunologique sur selles de dépistage du cancer colorectal. Entre Décembre 2009 et Octobre 2011, parmi 2355 personnes positives (50-69 ans sur un programme biennal de dépistage) ont été identifiées 8 personnes (0,34 %) présentant une polypose colorectale répondant aux critères WHO de définition de la polypose festonnée : au moins 20 polypes festonnées colorectaux, ou au moins 5 larges polypes festonnés du côlon droit (2 > 1 cm). Les 8 personnes avaient un âge moyen de 58,4 ans, comprenant 3 hommes, correspondaient dans 7 / 8 cas à une polypose diffuse ou à prédominance droite faite de polypes de grande taille (7 à 40 mm pour le plus grand polype). Le nombre moyen de polypes festonnés était de 25. Trois patients étaient traités par colectomie sub-totale, les autres par voie endoscopique. Dans 2 cas étaient associés des adénomes avancés, mais aucun patient ne présentait d’histoire familiale de cancer colorectal.

Commentaires
 

Ce travail montre une fréquence 20 fois supérieure, corroborée par d’autres résultats récents, des polyposes festonnées comparativement aux travaux plus anciens basés sur un dépistage de type endoscopique (rectosigmoïdoscopie ou coloscopie). Plusieurs explications sont possibles : la présence de plusieurs lésions festonnées, dysplasiques ou non, de grande taille, peut probablement rendre positif un test recherchant un saignement occulte dans les selles. Les adénomes associés sont fréquents (25 %) et peuvent aussi positiver le test, même si la fréquence des adénomes avancés est faible (2/8 personnes). La meilleure explication, peut-être, est la qualité des endoscopistes réalisant ce dépistage, qui sont dans ce programme sélectionnés sur leur compétence. Enfin, l’utilisation d’endoscopes dont la définition s’est largement améliorée ces dernières années peut expliquer une bien meilleure détection de ce type de lésions. On peut donc retenir que les polyposes festonnées, et en particulier l’association de nombreuses lésions planes translucides du côlon proximal, sont une situation relativement fréquente, entre 1/151 et 1/291 patient dans le cadre d’un dépistage du cancer colorectal en population à risque moyen. Une meilleure qualité d’endoscopie permet de détecter ce nouveau syndrome dont la cause (génétique ? ) reste mystérieuse aujourd’hui.

Références
 
Titre :

Les polyposes festonnées : une situation clinique de plus en plus fréquente

Titre original :

High prevalence of serrated polyposis syndrome in FIT-based colorectal cancer screening programmes

Auteurs :

Moreira L, Pellisé M, Carballal S, Bessa X, Ocana T

Source(s) :

Article

Revue :

Gut

Références biblio. :

Gut doi:10.1136/gutjnl-2012-303496

SNFGE.org