Les prébiotiques, une alternative au régime pauvre en FODMAPS en cas de SII ?
Société Savante des Maladies et Cancers de l'Appareil Digestif

Domaine concerné
Thérapeutique

Degré d'innovation
Moyen

Avancement
Non validé

Impact patient

Impact soin
Moyen

Intérêt

Arrivée dans la pratique
Futur proche

Rédacteur
Docteur Pauline JOUET

Enthousiasme

À la une 06/02/2019

Les prébiotiques, une alternative au régime pauvre en FODMAPS en cas de SII ?

Dans cette étude espagnole randomisée en double aveugle vs placebo effectuée chez des patients ayant un syndrome de l’intestin irritable (SII) avec flatulence, les effets sur la flore fécale et sur les symptômes du régime pauvre en FODMAPs ont été comparés aux effets de la prise d’un prébiotique.


Dix neuf patients ont eu un régime méditerranéen (placebo) + un prébiotique (2,8g de Bimuno contenant 1,37 g beta-galactooligosaccharide) et 21 un régime pauvre en FODMAPs avec 2,8g de xylose (placebo) pendant 4 semaines puis un suivi de 2 semaines. Après 4 semaines, l’analyse du microbiote fécal (ARN16S) mettait en évidence des variations différentes de l’abondance des séquences de Bifidobacterium (augmentée dans le groupe prébiotique et diminuée dans le groupe FODMAPs, p = 0, 042) et de Bilophila wadsworthia (diminuée dans le groupe prébiotique et augmentée dans le groupe FODMAPS, p = 0,05).


Les scores de symptômes étaient significativement diminués dans les deux groupes après 4 semaines, en dehors de la diminution des flatulences et borborygmes qui n’étaient pas significatives dans le groupe prébiotique.


L’effet sur les symptômes persistait deux semaines après l’arrêt du prébiotique alors que les symptômes réapparaissaient immédiatement après l’arrêt du régime pauvre en FODMAPs.

Commentaires
 

Avec cette étude on peut constater que deux traitements (un régime pauvre en FODMAPs et la prise d’un prébiotique à base de galacto-oligosaccharide) ayant des effets opposés sur le microbiote fécal, peuvent avoir des effets bénéfiques similaires sur les symptômes de SII.


D’autre part il est intéressant de constater que l’amélioration symptomatique persiste deux semaines après l’arrêt du prébiotique, suggérant que son action thérapeutique passe par son effet sur le microbiote fécal.


A l’inverse, les symptômes rechutent dès la reprise de FODMAPS, ce qui est en faveur d’un effet plus lié à une interaction directe entre les aliments et le microbiote plutôt qu’à la modification du microbiote. Compte tenu des contraintes liées au régime pauvre en FODMAPS, la prise de prébiotiques parait une alternative très séduisante.


Les auteurs suggèrent également l’intérêt d’associer les prébiotiques à un régime semi-restrictif, moins difficile à suivre pour les patients. Une piste thérapeutique à poursuivre…

Références
 
Titre :

Les prébiotiques, une alternative au régime pauvre en FODMAPS en cas de SII ?

Titre original :

Effects of Prebiotics vs a Diet Low in FODMAPs in Patients With Functional Gut Disorders

URL : Gastroenterology : accès au texte intégral de l'article via rubrique Revues en ligne du site SNFGE (service réservé aux membres SNFGE à jour de cotisation)
Auteurs :

Huaman JW, Mego M, Manichanh C, Cañellas N, Cañueto D, Segurola H, Jansana M, Malagelada C, Accarino A, Vulevic J, Tzortzis G, Gibson G, Saperas E, Guarner F, Azpiroz F.

Source(s) :

Article

Revue :

Gastroenterology

Références biblio. :

Gastroenterology 2018 Oct;155(4):1004-1007

SNFGE.org